Le stratégisme prophétique d’Emmanuel Macron

Décryptage des derniers engagements d’Emmanuel Macron

Cet article est une contribution à VERSUS d’Alain-Georges Emonet, longtemps journaliste à FR3 Télévision dans la Région Centre, et professionnel du décryptage linguistique des personnalités politiques. Il nous fait découvrir ici « les dessous » d’une phrase de la dernière intervention du Président de la République. A déguster sans modération …!

« Dès la mi-mai, nous recommencerons à ouvrir avec des règles strictes certains lieux de culture, nous autoriserons sous conditions l’ouverture de terrasses et nous allons bâtir entre la mi-mai et le début de l’été, un calendrier de réouverture progressive pour la culture, le sport, les loisirs, l’événementiel et nos cafés et restaurants”,

Pourquoi le président de la République a-t-il prononcé cette phrase? La raison pourrait en être caricaturale: parce que nous sommes des homo sapiens et que sapiens est un adjectif latin  issu du gérondif du verbe sapio signifiant « avoir du goût, de la saveur, du jugement »(*). Tout ce qui nous porte à fréquenter les restaurants, les cafés et les lieux de culture. Fermer le ban.

Mais au-delà de l’analyse furtive et abrupte, la phrase prend le ton d’un pacte éphémère. Il n’y a ni surprise, ni magie en celà. Car tout discours d’Emmanuel Macron est un acte de rhétorique, le premier des sept arts du monde gréco-romain.

Et dans l’instant, en  prononçant ces mots, il s’engage dans le stratégisme politique. Un concept à la formulation universitaire qui recouvre une réalité cousue main. De la communication pure: une action supplétive de l’activité politique. Le principe est un et simple, produire des effets sur des publics sensibles. Mais avec un paramétre qui n’est ni subtil, ni caché: il s’agit de valoriser une prise de position de manière à ce que ceux qui l’entendent l’appréhendent comme une décision et l’impute à l’émétteur.

Explications:

Dès la mi-mai,…

« dès « est une proposition qui marque le point de départ dans le temps (*) monosyllabique et rapide pour indiquer la proximité du moment où cela va commencer.

« la mi-mai « est une vieille expression commune à tous, compréhensible par tous et qui renvoie avec ses premières chaleurs  au mois annonciateur de l’été, une autre saison, donc une autre image, d’autres souvenirs.

  …nous recommencerons à ouvrir avec des règles strictes…

le « nous » collectif qui associe l’émetteur et  l’auditoire, le leader politique et son peuple dans une action. Mais si nous « RE commencerons », c’est qu’à un moment, ensemble, nous avons « commencé ». En est-on si sûrs ? Car les règles strictes sont le fait du chef de l’état et de son gouvernement exclusivement.

…certains lieux de culture, nous autoriserons sous conditions l’ouverture de terrasses…

mêmes analyse que la première partie de la phrase et la répétition du mot « ouverture » pour qu’il ait fonction d’image subliminable. En français, on « n’ouvre » pas une terrasse, on « l’installe ». Nous sommes donc bien dans une figure de rhétorique.

Et ce « certains » qui s’impose comme l’expression d’un choix. Un choix que seul le leader exercera car ce n’est pas de la compétence du « nous ». On n’imagine pas un référendum pour désigner les théâtres ou les salles de spectacles  que les citoyens souhaiteraient voir rouvrir.

 …et nous allons bâtir entre la mi-mai et le début de l’été, un calendrier de réouverture progressive…

« bâtir « choisi sciemment pour imposer l’idée de construction et de collaboration de tous alors que généralement on « établit » un calendrier. Mais l’image est moins forte et surtout moins collaborative.

Et dans un espace de temps maîtrisé par le leader, entre une date calendaire et une saison. Le leader s’affranchit de l’unité comptable qu’est le jour chiffré.

 …pour la culture, le sport, les loisirs, l’événementiel et nos cafés et restaurants”

ce « pour » qu’il faut recevoir comme « en faveur de ». Il s’agit de comprendre l’engagement permanent du leader pour ces secteurs d’activités. Des secteurs orphelins puisqu’ils n’appartiennent à personne alors qu’il nomme « nos » cafés et restaurants. De nouveau, l’association du leader et du peuple. Ce que l’un et l’autre ont en commun sans jamais s’y rencontrer.

Le discours présidentiel publié, retransmis, télévisé est devenu un haut fait. En cela il est un acte. Peu importe que le président en soit l’initiateur, il en est l’annonciateur (dans notre civilisation judéo-chrétienne rappelons l’importance de l’ange Gabriel dans la naissance du Christ). Mieux encore, il en établit une échéance. Il en est le prophéte.

Le message est passé, immédiatement dirigé, immédiatement digéré. Il se résume à un jeu d’émission-réception ou presque. Et surtout, dans son énonciation, il est modulable.

Imaginons un instant que la réouverture de ces lieux ne puisse intervenir le 15 mai prochain mais soit repoussée de deux semaines par le chef de l’état. Nous serions alors le 29 mai. La veille de…la fête des mères.

Cela se nomme le réductionnisme symbolique. Mais c’est une autre forme de rhétorique…

(*) définition du Larousse

Alain-Georges Emonet

Le 13 avril 2021

Auteur : Versus

Blog de commentaires sur les faits de société, les films, les livres, la créativité, la politique, les comportements individuels, l'antisémitisme, l'entreprise, l'économie, la famille, et d'une manière générale tout évènement susceptible d'apporter des changements... Je suis Médiateur Professionnel à Tours.

2 réflexions sur « Le stratégisme prophétique d’Emmanuel Macron »

  1. Merci de votre commentaire, pertinent et réaliste.

    Cela ne vous a pas échappé, le discours fait partie de la thérapie.
    En fait, la dimension première du discours politique est l’activation du mécanismes d’identité. D’où l’utilisation du « nous ». Et ce « nous », n’est pas dévalorisant pour le locuteur, il est associatif et perçu comme tel par la majorité de ceux qui le reçoivent. Valorisant même. Comme une certaine reconnaissance de l’intelligence collective.

    Mais pour celui qui, comme vous, l’analyse, il vous chagrine car ce « nous » n’est pas mobilisateur. Et vous le pressentez déjà comme n’étant plus « acteur ».

    Après les discours contradictoires de ceux qui ont la connaissance, le « peuple de France » a entendu, ce soir-là, une effervescence lexicale sur le temps de l’événement. Alors qu’il attendait, peut-être, l’accent gaullien d’un nouvel appel
    du 18 juin puisqu’on lui avait parlé de guerre

    Alain-Georges Emonet

    Aimé par 1 personne

  2. Mais, « nous » c’est le bon peuple normalement! Et donc M. Macron et la masse ne formerait qu’un « nous »?!
    Cela me trouble, me touche!!!! Non! Plus sérieusement:
    « Nous » serions donc des écervelés, les moutons de Panurge suivant leur président-joueur de flute de Hamelin… J’ose espérer que plus personne n’est encore aussi naïf, aussi crédule et influençable, que cela soit par réflex d’homo-sapiens, ni même à cause d’un formatage sociétal judéo-chrétien !!!!! J’ose espérer ! Mais…

    Toujours est-il que cette petite étude des techniques de communication de « notre » gouvernement est tout à fait délectable dans la mise à nu de ce que « nous » appréhendons tout de même un peu. Et ces dialectiques et rhétoriques sont devenues insoutenables au fil de la pandémie et de sa gestion purement économique. Insoutenables, malsaines tant elles mettent en exergue le mépris des gouvernants sur la basse populace que « nous » représentons; Le peu d’intelligence qu’on « nous » confère.
    Merci donc pour cette mise en lumière pointue, pertinente et amusante et qui fait du bien là où les discours font du mal.

    J’aime

Pour recevoir les commentaires sur cet article cliquez sur "suivre"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :