Pour Sarah

Meurtre antisémite de Sarah Halimi : son insupportable calvaire et le vide juridique pour juger l’assassin.

Ayant constaté qu’un certain nombre de mes amis qui me lisent n’avaient pas eu connaissance de l’assassinat commis le 4 avril 2017 sur la personne de Sarah Halimi, il m’est apparu comme une nécessité absolue de contribuer à le faire connaître. D’autant que le fait même qu’un évènement aussi hautement tragique, aussi marqueur de notre temps, ne soit pas largement connu, est le signe d’une dangereuse banalisation de la violence.

Paris 11ème, le 4 avril 2017, quatre heures du matin.  

Kobili Traoré, malien, noir et musulman, âgé de 27 ans, pénètre dans la chambre à coucher de Sarah Halimi par le balcon d’amis voisins, lui porte des coups et une abominable torture qui durera près de quarante minutes, puis la traine sur le balcon et la jette du deuxième étage de l’HLM en hurlant plusieurs fois « j’ai tué Satan !» en arabe, et retourne chez ses amis…

La durée de l’acharnement est connue de manière précise car la police, appelée par les voisins dès les premiers hurlements de Sarah et les « allahouakbar » et autres vociférations de Kobili Traoré, est arrivée sur place dans les cinq minutes. Elle s’est cantonnée dans les escaliers de l’immeuble, et selon une procédure dite « habituelle », (due semble-t-il à une confusion sur l’origine des cris), a attendu des « renforts » pendant tout ce laps de temps, avant de pénétrer, mais trop tard, dans l’appartement.

Sarah Halimi, de confession juive orthodoxe, âgée de 65 ans, était médecin puis directrice de crèche, avant d’être à la retraite.  

C’était donc en avril 2017. Trois ans plus tard, le 14 avril 2021, la Cour de Cassation confirme les précédentes décisions prises successivement par les juges d’instruction et la Cour d’appel de Paris : Kobili Traoré ne peut être jugé car immédiatement interrogé, des experts psychiatres l’ont estimé  incapable de discernement au moment de son acte, donc irresponsable, du fait d’une importante consommation de cannabis préalablement à son crime.

Beaucoup d’encre a coulé sur le déroulement de cet assassinat, son caractère antisémite (ou non), le  rôle des forces de l’ordre, les expertises psychiatriques, et la décision définitive de ne pas pouvoir le juger. Plusieurs manifestations ont eu lieu pour contester l’impunité de Traoré, et réclamer « justice pour Sarah ».

Car comment admettre que de tels faits puissent se dérouler en 2017 à Paris, lorsqu’on tente d’imaginer ce que Sarah a vécu ? Elle a forcément immédiatement compris, à la langue et  aux cris qui étaient proférés, qu’on en voulait à sa religion, et voyant dans les yeux de son agresseur la fureur et la haine qui l’habitaient, elle a su qu’elle serait battue à mort si personne n’intervenait.

Mais pouvait-elle seulement penser sous l’effet de la peur et de la douleur, en un mot de la torture ? Nous ne le saurons jamais, car personne n’est intervenu malgré les nombreux témoins auditifs, et cette situation est le résultat d’une organisation de la société à laquelle, d’une manière ou d’une autre, proche ou éloignée selon qui nous sommes, nous participons.

Aussi me semble-t-il que nous avons au minimum le devoir de réfléchir à ce que nous apprend cet évènement sur la société et sur nous-mêmes dans les deux directions contestées par les manifestants, et les quelques prises de position dans les médias.

  1. Sur  l’impossibilité de juger le meurtrier.

Si l’arrêt de la Cour de Cassation est contesté par des manifestations, c’est qu’il y a en France une importante méconnaissance sur la façon dont la justice est exercée.

Cette méconnaissance a pour première origine la représentation symbolique de la « Justice » sur certains frontons des tribunaux, à savoir une balance avec des plateaux en équilibre. On la trouve également sur le site du Ministère de la justice. Enfin, l’arcane « La Justice », huitième lame du tarot de Marseille est représentée par une femme assise, de face, tenant d’une main une balance également en équilibre, et un glaive de l’autre. Cet arcane, comme les autres représentations précitées, symbolise le jugement équitable.

Or la justice française ne juge pas en équité mais selon le Droit. C’est-à-dire que le juge est tenu de se prononcer non pas sur les torts, aussi visibles soient-ils, des uns ou des autres, mais sur le respect des lois, en s’appuyant  sur les textes à sa disposition : code pénal, code civil, …. Et c’est heureux, car sinon l’arbitraire risquerait de s’introduire dans les décisions ! Cette confusion entre l’équité et le Droit est l’une des raisons pour lesquelles les procédures judiciaires sont si souvent contestées, et peuvent être interprétées comme « inéquitables ».

C’est alors le rôle de la Cour de Cassation, lorsqu’elle est saisie, de vérifier que les juges dont la décision est contestée ont strictement respecté la loi. Et en l’occurrence, dans le cas présent, l’article 122-1 du Code pénal : n’est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes. Compte tenu des résultats des expertises psychiatriques, l’assassin, bien que déclaré coupable du meurtre, ne peut pas être jugé.

Il n’en reste pas moins que cette logique, toute implacable, rationnelle, et protectrice qu’elle soit dans la majorité des cas, heurte notre sensibilité, nous révolte et nous agresse dans le cas de l’assassinat de Sarah Halimi. Imaginons un instant que, par miracle, malgré les coups et la défenestration, Sarah ait survécu à son calvaire, comment aurait elle pu entendre un tel verdict ?

C’est que les lois sont faites par les Hommes, sur la base de leurs piètres connaissances de la nature humaine, et la sous estimation régulière de ses immenses capacités à dépasser en actes toutes les horreurs imaginables.

Sous réserve que les informations dont nous disposons soient exactes, il semblerait qu’il sera remédié à ce vide juridique. Mais la nouvelle loi n’aura de toute façon pas d’effet rétroactif sur les arrêts déjà rendus.

2) Sur le besoin de « faire justice pour Sarah », qui résulte de l‘abandon d’une possibilité de juger Kobili Traoré et de le condamner.

Les grands principes de Droit qui fondent le Code Pénal Français actuel, ainsi que celui de nombreux pays européens et jusqu’aux Etat Unis, sont nés en 1764  dans l’imagination d’un italien de 26 ans: Cesare Beccaria. Ils tiennent dans un petit traité intitulé « Des délits et des peines », publié de façon anonyme tant il était subversif pour l’époque !

En effet, arrivé à point nommé au cœur de l’époque des Lumières, il apporte le changement radical que la France et toute l’Europe attendaient, sans trop savoir comment faire, avec des idées qui permettront de mettre fin à la cruauté et aux supplices des procédures criminelles de l’Ancien Régime : les fers, les chaînes, la cage de fer, l’écartèlement, la décollation, la roue… Il propose de laïciser la justice en la séparant des questions religieuses, dénonçant implicitement les condamnations pour hérésie, et s’opposant à la peine de mort, déclarée d’inutilité publique ! Aussi Voltaire, Diderot, D’Alembert et beaucoup d’autres l’acclament-il.

Que disent ces principes qui figurent également dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ?

« Qu’il faut que toute loi pénale soit humaine, et que pour être efficaces les peines doivent être justement proportionnées (aux délits), et que règne l’égalité des justiciables devant la loi».

La Commission Européenne des Droits de l’Homme, plus communément connue par son sigle CEDH, s’est également inspirée du traité « Des délits et des peines » de Cesare Beccaria pour définir ses principes. Elle a été ou sera saisie par la famille de Sarah, comme le lui permet l’arrêt de la Cour de Cassation de Paris.

On ne sait pas si elle confirmera ou infirmera les décisions françaises dont elle est en principe indépendante. Mais, le cas échéant, la question qui se poserait alors serait : peut-il exister une peine qui soit humaine et justement proportionnée, qui pourrait s’appliquer au crime de Kobili Traoré, …. tout en rendant justice à Sarah ?

Alexandre Adjiman

Le 27 mai 2021

Lectures :

  • « L’extase totale, Le IIIème Reich, les allemands et la drogue », Norman Ohler, Editions La découverte, 2018
  • « Des délits et des peines »,  Cesare Beccaria, Préface de Robert Badinter, Traduit de l’italien, Editions GF Flammarion, 1991
  • « Le bouc émissaire », René Girard, Editions Le livre de poche, biblio essais, 2016
  • « Ce grand dérangement », L’immigration en face, Didier Leschi, Tracts Gallimard, N°22
  • « Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien », (Tome 1): La manière et l’occasion, Vladimir Jankelevitch, Editions du Seuil, collection Points, 1981
  • Wikipédia : Affaire Sarah Halimi
  • La Revue des deux mondes : la justice française est-elle antisémite ?
  • Philomag : histoire de la responsabilité pénale

Auteur : Versus

Blog de commentaires sur les faits de société, les films, les livres, la créativité, la politique, les comportements individuels, l'antisémitisme, l'entreprise, l'économie, la famille, et d'une manière générale tout évènement susceptible d'apporter des changements... Je suis Médiateur Professionnel à Tours.

Pour recevoir les commentaires sur cet article cliquez sur "suivre"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :