Mis en avant

Bienvenue sur « VERSUS » !

« VERSUS » est une suspension créée par Saâdane AFIF, artiste français né en 1970 à Vendôme.

Elle est composée de tubes néon formant le mot « VERSUS ».

Elle a obtenu le prix Marcel Duchamp en 2009, attribué chaque année à un artiste qui a contribué de façon significative à modifier la notion de l’Art.

VERSUS veut dire « opposé, ou « contre »… Ce mot anglais d’origine latine signale une opposition bien sûr, et dans l’esprit de ce blog il est surtout à la base de tout questionnement. N’est-ce pas par le questionnement que commence généralement une modification du regard ?

L’intérêt symbolique de la suspension de Saâdane Afif réside dans l’alternative d’avoir le mot VERSUS allumé ou éteint… Allumé, comme dans l’image ci-dessus, il est actif, il éclaire une situation, allume un autre regard sur un sujet, un mot, une action… Éteint, c’est à dire dans l’ombre, le sujet, le mot, l’action vivent dans leur acceptation générale, celle(s) qui nous est (ou qui nous sont) proposée(s). Ici « VERSUS » sera toujours allumé!

Et quels sujets le blog VERSUS abordera-t-il ? Tous les sujets qui se présenteront sur mon chemin : les lectures, l’actualité, le cinéma, les histoires de vies, la rue… Bref, dès lors qu’il y aura quelque chose à dire dans « l’esprit Versus », donc avec un regard derrière le miroir. Les prochains articles prévus sont mentionnés après le premier sujet. J’aborderai également des sujets que vos commentaires pourront m’inspirer ou que vous pourriez me suggérer… Un blog est un outil d’expression et de dialogue avant tout…

Le blog « Versus » (VS en abrégé) est un concept d’analyse et de recherche du sens des mots ou expressions au delà de leur sens premier. N’attendez pas des solutions, des réponses définitives, une « morale », ou la défense d’une quelconque conviction inébranlable. Il n’y aura ici que des questionnements, c’est le royaume du tiers exclu, celui de l’idée que deux propositions contraires peuvent co-exister sans s’exclure, qu’un autre regard que celui qui nous est généralement proposé est possible, une sortie de route du séduisant mais triste monde binaire en quelque sorte…!

alexandre.adjiman@gmail.com

« Rien de vraiment important ne nécessite l’utilisation d’un mode d’emploi » (James Richardson)

Pour suivre les articles, abonnez-vous (c’est gratuit). Il suffit de cliquer sur « Abonné » en bas de page, ou de laisser un commentaire. Et pour vous désabonner c’est aussi facile que de dire « au revoir »…

(c) Toute reproduction même partielle suppose de désigner la mention d’origine ou l’auteur.

Télétravail : du rêve au cauchemar…

Avant la pandémie COVID19, les entreprises qui proposaient à leurs employés de travailler depuis chez eux étaient considérées comme étant à la pointe du bien-être et de l’innovation. Il s’agissait alors d’une forme d’organisation du travail librement consentie par les deux parties. Mais depuis que la formule est devenue une obligation sanitaire, son image s’est transformée, tant dans l’esprit des entreprises que dans celui des employés. Et cette nouvelle approche a modifié considérablement les points de vue, comme on va le voir.

Sur ce sujet, voici une contribution de Jean-Yves Saulou, Docteur en Sciences de Gestion, qui nous décrit la situation dans un esprit très… VERSUS !

Comment rater son télétravail !

Afin de lutter contre le COVID-19, le Gouvernement a décrété que le télétravail devait être mis en  œuvre, dès lors que celui-ci était possible. Pourtant, dans les faits, peu d’entreprises y recourent, et le nombre de salariés qui le demandent et l’obtiennent ne serait pas supérieur à 15% (source Gouvernement/Covid). A ce jour c’est donc un échec.

Pourtant à priori la démarche est simple et évidente : il suffirait  de transférer le poste de travail de l’entreprise vers le domicile du travailleur.

Plutôt que de déclarer ce qu’il faut faire pour réussir la mise en œuvre du télétravail intéressons-nous aux causes de son échec. C’est une méthode qui donne des résultats : le danger étant connu, il pourra mieux être circonscrit…

Pour ce faire nous examinerons donc des situations typiques des deux points de vue : d’une part celui du salarié dont le travail sera transporté chez lui, d’autre part, celui de l’employeur qui met en œuvre ce déplacement d’activité vers l’extérieur.

Qu’est-ce que le télétravail ? Dans le jargon de l’entreprise la description du télétravail donne à peu près ceci :

Le poste de travail comprend en entrées les flux à traiter  (les données) : bons de commande, demandes de dépannage, résiliations, annulations,…, et en sortie la mise en action de ces entrées : réalisation de commande, appel d’assistance…. Mais attention : toute entrée peut générer de nouvelles données : mauvaise adresse, pièces manquantes, délais,….. qu’il faudra aussi gérer.

Enfin, il convient de ne pas oublier la dimension psychosociale du poste mis en télétravail, en créant les conditions nécessaires pour que la personne travaillant chez elle continue à se sentir reliée à l’entreprise, se sente concernée par la vie sociale et syndicale de l’entreprise…

 Au total ce n’est donc pas si simple, et nous pouvons cibler sept obstacles, causes de la plupart des échecs,  imputables tant au salarié qu’à l’employeur. Partons des postulats généralement admis, et voyons comment ils se traduisent sur le terrain.

1 Le salarié n’aurait pas à connaître l’économie générale du télétravail …

Postulat : le salarié se consacrerait essentiellement à la production de l’activité demandée et ne devrait pas perdre de temps aux questions d’organisation. De la suppression des temps de déplacements aux gains de productivité obtenus par le télétravail, la liste est longue des effets attendus par l’entreprise. Gains dans l’étendue de la plage horaire ou dans le libre de choix de l’organisation à mettre en place, il incomberait à l’employeur de ne mettre en œuvre qu’une organisation adaptée.

Le salarié n’aurait donc pas à être informé des gains obtenus et des coûts engendrés. Ainsi, l’ambiance serait plus sereine et dégagée des contraintes environnantes. En résumé « télétravaille et tais-toi « .

Pourtant, c’est bien le contraire qu’il conviendra de faire : associer, informer, partager sur le projet, puis sur l’évolution de l’opération, les composantes des coûts engendrés et constatés, et des gains obtenus. Pour une raison simple : l’employé sur site dispose d’un accès informel à ces données. Isolé, il ne voit rien et n’entend rien.

2 Les anomalies (bugs) qu’il génère ne concerneraient pas le télétravailleur …

Postulat : les anomalies constituent une sortie anormale des données à traiter. Leur résolution est souvent onéreuse mais toujours riche d’enseignements. Si les anomalies du télétravailleur ne « redescendent » pas vers lui, c’est que l’on considère qu’elles seront traitées beaucoup plus rapidement par un « pool » centralisé… Dès lors le télétravailleur n’est plus concerné par la qualité de son travail. Avantage selon l’entreprise : il n’aura pas à se préoccuper de réduire son taux d’anomalies, ce qui ferait gagner du temps…

Pourtant, ici aussi il faudrait faire le contraire, et rendre le travailleur en télétravail responsable du traitement de ses anomalies. Il en est en quelque sorte l’auteur, et le mieux placé pour bien les traiter et en réduire le nombre. Il valorise ainsi son travail.

3 Le télétravail ne serait techniquement pas possible dans cette entreprise …

Postulat : il y aurait peu d ‘entreprises susceptibles d’organiser le télétravail. Dans les faits, au contraire, il existe peu d’entreprises où le télétravail ne serait pas possible à un niveau ou un autre. En effet, dès lors qu’il existe des données à enregistrer, des produits ou des valeurs à comptabiliser, des commandes de clients ou de fournisseurs à organiser, le télétravail est possible. Environ 50% des mouvements d’entrée et sorties autour d’un poste de travail dans l’entreprise sont susceptibles d’être mis à distance. S’il devait être installé au sommet de l’Everest ou dans le fond du plus profond gouffre spéléologique, le télétravailleur perdrait-il en qualité de  performance en raison de l’infrastructure nécessaire ?

Non, car il n’existe pratiquement pas aujourd’hui de difficulté majeure à mettre en place le télétravail pour des raisons techniques : de nombreux services comptables français, activité nécessitant des connaissances, un suivi, une précision et une fiabilité absolue, sont aujourd’hui téléportés en Inde ou ailleurs. Mais le télétravailleur doit connaître les tenants et aboutissants de son activité, moteurs de sa création de valeur au sein de l’entreprise

 4 La convivialité, c’est en dehors du travail !

Postulat : les marques de bonne entente entre les télétravailleurs pourraient perturber la productivité. Il convient de ne surtout pas fédérer un groupe d’employés « télétravailleurs », qui risquerait de provoquer des diversions nuisibles. Anniversaires, mariages, naissances, départ en retraite… n’ont pas à être signalés. Les réseaux ne seront donc pas encouragés.

Pourtant  la dimension relationnelle informelle entre employés, leur bonne entente, ne peut faire abstraction d’une convivialité nécessaire au bon accomplissement du travail. Il est vain de lutter contre les réseaux qui font partie du paysage organisationnel du télétravail, et participent de l’identité ou de l’appartenance du groupe à l’entreprise.

5 Un retour périodique à l’entreprise ? Inutile !

Postulat : Pourquoi faire revenir périodiquement au sein de l’entreprise les télétravailleurs installés dans leurs routines à leur domicile ? Les habitudes de travailler en dehors du lieu de travail ne sont pas aisées à instaurer, aussi ne faudrait-il pas les perturber pas des « retours » sur le lieu de travail. Ce retour périodique (par exemple, tous les jeudis ou vendredis), risquerait de renforcer le désir d’un retour sur site au détriment des bénéfices de productivité apportés par le télétravail.

Pourtant, l’entreprise existe de par ses divers territoires, associés et reliés entre eux, mais aussi et surtout avec le siège ou certains établissements. Il est important d’être physiquement présent de temps à autre dans les locaux pour entretenir la mémoire collective de l’entreprise, assurer la convivialité et éloigner la peur d’un sentiment d’exclusion par rapport aux personnels présents dans l’entreprise.  

6 Il est toujours possible de partager de la place chez soi… !

Postulat : Il suffit de trouver la place pour poser l’ordinateur sur une table, d’établir la connexion nécessaire pour rendre le télétravail opérationnel.  Le partage des moyens informatiques personnels utilisés par le télétravailleur et sa famille serait facilement maîtrisable.

Pourtant le télétravailleur n’a pas seulement besoin d’un poste de travail et d’une connexion, il a aussi besoin de créer une organisation de son temps « familial » compatible avec les besoins de l’entreprise, d’une concentration appropriée à la nature de son activité, et d’adapter son environnement à cette activité imprévue et inhabituelle. Il appartiendra à l’entreprise de s’en préoccuper en amont, en relation avec le télétravailleur.

7 Passer au télétravail ? Instantané et facile !  

Postulat : Que les données à traiter soient dans l’entreprise ou hors entreprise, une légère connaissance des activités et des processus serait suffisante. Il serait donc inutile et couteux de perdre du temps en formation du télétravailleur à sa mission.

Pourtant nous venons de voir tous les risques de dérapages inhérents au télétravail : connaissance insuffisante de la finalité générale, des interlocuteurs amont et aval, erreurs matérielles, bugs, difficultés d’organisation matérielle du domicile, démotivation et sentiment d‘exclusion… Un management attentif des processus doit permettre de donner une vision claire aux télétravailleurs de leur contribution au fonctionnement du service ou général.

Ces sept causes d’échec du télétravail portent en elles toute l’attention qu’il est nécessaire d’apporter à sa mise en place pour sa réussite. Il y a plus de cent ans, Henry Fayol (Administration générale, 1916) préconisait déjà l’approche par les activités comme moyen de maîtrise des organisations.

Le  2 décembre 2020

Jean-Yves SAULOU, dit JYS

Artiste peintre, Ingénieur CNAM en organisation, Docteur en sciences de gestion

L’Avoir et L’Être

Je reconnais avoir été un peu trop pessimiste dans l’article intitulé « Momentum » à propos du changement de société que l’on pouvait espérer au printemps dernier à l’occasion du premier confinement lié à la pandémie COVID19. Il est vrai que je m’étais alors surtout intéressé à la possibilité d’une prise de conscience des effets négatifs du manque de respect de l’Humanité envers la nature, bref à la possibilité de faire naître « le monde d’après », grâce à la baisse générale de pollution de l’air et des eaux.

J’avais bien remarqué  que la pandémie nous permettait d’enrichir notre vocabulaire avec de nouveaux mots-concepts : distanciation sociale, continuité pédagogique, gestes barrières,  distanciel, présentiel … Mais je n’avais pas imaginé qu’elle pourrait faire de chacun de nous des philosophes !

La philosophie n’est-elle pas tout simplement l’art de faire des choix, une activité qui occupe régulièrement nos pensées du matin au soir et en toutes occasions ? Et si j’emploie le mot « art » c’est à dessein, car cet art consiste à faire aussi ces choix en faisant preuve de discernement et de créativité….

Ainsi nous faisons généralement de la philo sans en avoir conscience, car elle est depuis longtemps intégrée à nos décisions à tel point qu’il existe désormais des ateliers de philo pour les petits de 4 et 5 ans*. Car eux aussi font des choix, posent des questions pertinentes, et comprennent parfaitement, dès cet âge, le sens de leurs choix et les questions qu’ils sous-tendent si nous utilisons le langage approprié.

Or depuis que le nouveau confinement a séparé certaines activités en essentielles et d’autres en non-essentielles, nous voici constamment en pleine réflexions philosophiques…. conscientes !

Ce n’est pas de la grande philosophie me direz-vous peut-être, puisque le contexte dans lequel elle s’applique est celui bassement matériel de notre consommation, jugée essentielle ou non.

Ce n’est pas mon point de vue : placés devant une distinction aussi radicale et parfois même injuste, nous voyons bien que nous sommes amenés à nous questionner sur les choix politiques qui ont été faits pour nous. Or la philosophie n’est rien d’autre que ce « questionnement » prolongé par les réponses que nous y apportons. Et ce qui est philosophiquement en cause ici, c’est la confrontation de la notion de ce qui est « essentiel » avec ce qui ne le serait pas. Même dans le cadre de cet aspect qui paraît plutôt trivial qu’est la fréquentation des commerces, la consommation ne fait pas de nous des automates dépourvus de sensibilité : nous avons sur cette activité des opinions, des besoins, des attachements.

Les réactions ne se sont pas fait attendre : on a tout de suite vu comment le fait de considérer les magasins de bricolage plus essentiels (puisque autorisés à ouvrir) que les librairies (obligées de fermer) a pu donner lieu à la contestation très classique qui oppose la matière à l’esprit ! Voilà qui est un effet inattendu et positif des mesures liées à la pandémie, sur le sens que nous donnons à nos actes quotidiens !

De plus, à ces réflexions sur la crédibilité du choix entre consommations essentielles ou non, s’est greffée une réflexion qui pourrait s’avérer bénéfique sur la survie du petit commerce non alimentaire, et l’artisanat. Ceux-ci cherchaient depuis longtemps, mais en vain, à démontrer la qualité de vie qu’ils apportent dans les quartiers ou les petites communes. Leur faible fréquentation quotidienne et la facilité d’organisation de mesures de protection ne justifiait pas forcément leur fermeture au regard de la propagation du virus. Soumis à une fermeture administrative, une prise de conscience s’est faite sur leur rôle vital et humain, relayée par les maires, et la population qui les a soutenus en les fréquentant avec des moyens dérogatoires.

Une autre prise de conscience à porter au crédit de la réflexion qui s’est engagée sur la ligne de partage des commerces concerne le rôle négatif de l’e-commerce dans sa prise de parts de marchés, au détriment du lien personnel avec le commerçant de proximité, dont l’intérêt relationnel apparait au grand jour à l’occasion de sa fermeture momentanée. Ainsi la concurrence d’Amazon et d’autres sites comparables face à ces commerces est désormais ressentie comme «déloyale» dans ce contexte et dans l’esprit des consommateurs, notion qui n’avait principalement cours jusqu’à présent que dans les milieux professionnels.  Gageons que cela pourrait peser dans les futures décisions des élus municipaux sur le plan des structures commerciales. Ce serait une autre bonne nouvelle !

Avec le recul il apparait donc que les choix politiques de lutte contre la pandémie se sont réalisés en considérant que la consommation n’avait pour objet que « l’acquisition matérielle » de biens, sans beaucoup de considération pour le bien-être, la santé physique et psychique. Politiquement mais aussi philosophiquement, cela se traduit par un choix, en arrière plan, entre «l’Avoir» et «l’Être»*. Le président de la République n’ayant jamais fait un mystère de son intérêt pour la philosophie né à l’occasion de son accompagnement du philosophe Paul Ricoeur (1913-2005), on peut imaginer ce choix délibéré.

Sous diverses pressions certains de ces choix ont été modifiés depuis leur mise en œuvre, mais cette ligne de partage initiale, qui ne devrait  pas être celle d’une nation qui se pense évoluée, reste dominante. On le voit avec le maintien coûte que coûte de la fermeture des restaurants, coiffeurs, salles de sport, cinémas, musées, galeries, spectacles… bien que, comme nous l’avions tous constaté, ces activités avaient fait la preuve de leur sens des responsabilités dans les mois qui ont suivi le premier déconfinement. Ainsi peut s’expliquer l’incompréhension générale concernant cet état de fait.

Conséquence : dans son point presse du 19 novembre le ministre de la santé a confirmé la dégradation de la santé du pays en ces termes : «On l’appelle mal-être, ras-le-bol, stress, anxiété ou déprime, l’impact est réel. Nos vies sont bouleversées en profondeur ». En voilà au moins un qui n’a pas la langue de bois très pratiquée ces derniers temps.

Au-delà de cette situation dramatique, il aurait sans doute été judicieux d’utiliser une terminologie moins agressive pour nommer les activités qui pouvaient se poursuivre des autres. Car nous avons désormais de très nombreuses personnes à qui l’on a attribué arbitrairement une disqualification sociale de leur emploi soudainement devenu non essentiel, qui peuvent se poser des questions quant à la motivation qui les fera se lever tous les matins lorsque ce sera à nouveau possible. On ne joue pas avec l’estime de soi.

À voir le nombre de personnes qui se promènent dans la rue avec des chaussures aux pieds il me semble que les magasins de chaussures sont loin d’être une activité « non essentielle ». J’ai déjà été conduit à offrir une paire de chaussures à une personne « SDF » en l’accompagnant immédiatement dans un magasin au vu des chaussures qu’elle portait. Je témoigne ici que ces chaussures lui étaient indispensables, au-delà de toute notion de confort, et que la gestion des flux dans ces magasins est plus aisée que dans le tram ou l’hypermarché. D’où l’emploi du mot arbitraire ci-dessus, pour le cas où il pourrait paraître abusif.

Puisque me voilà dans la rue, il me semble qu’il ne faut pas oublier que pour beaucoup trop de personnes dans notre pays le choix entre besoins essentiels et non essentiels n’a aucun sens, que des promesses pandémiques n’ont pas été tenues, et qu’il y a de plus en plus de duplicité dans les discours sur la liberté, qu’elle soit d’expression ou de mouvement.

Mais reconnaissons à nos élus qu’il n’est pas facile de tenter de refaire le coup de la Genèse, même s’il  paraît à priori plus simple de séparer les commerces essentiels des non essentiels que la Lumière des Ténèbres !

Alexandre Adjiman

Le 22 novembre 2020

  • Ateliers philo pour enfants organisés par « Philopraxis » en Touraine, sur la base de la Fondation SEVE créée par Frédéric Lenoir. http://www.philopraxis.fr
  • « L’avoir et l’être » : vidéo explicative du concept philosophique (10 minutes) ici (c)youtube
  • « Philosopher ou faire l’amour » Ruwen Ogien Le Livre de Poche Grasset 2014
  • « Divertir pour dominer » Collectif, Editions L’échappée 2010
  • « Eloge du carburateur » Matthew Crawford La Découverte 2016
  • « Petit éloge des coins de rue » Patrick Pécherot Editions Folio 2012

L’état de violence

On entend déjà dire « Vivement que cette année 2020 calamiteuse se termine ! », l’expression signifiant qu’au fond on espère que le passage du 31 décembre au 1er janvier nous fera changer d’époque… Hélas, il ne faut pas trop y compter.  Certains nous ont précédés dans le domaine : il en est ainsi des juifs qui ont célébré sur leur calendrier la nouvelle année 5781 en septembre dernier, et n’ont pas vu de changement se pointer à l’horizon … 

D’autant que si elle semble vouloir battre des records en matière de stress, contraintes et violences, l’année 2020 de la France n’est pas une année particulièrement originale depuis 2018 année où la violence est devenue notre routine.

Oui, dès 2018 et pendant près d’un an le mouvement des Gilets Jaunes donnait lieu à des images d’une violence hallucinante lors des affrontements avec les forces de l’ordre.

Ce mouvement de nature inédite, car ni politique ni syndical, ni même organisé, du moins au sens habituel d’une organisation c’est à dire avec des leaders reconnus, des revendications précises et des moyens financiers, n’avait à ses débuts aucune aspiration agressive. Il s’agissait d’un mouvement spontané fondé sur le ras le bol d’une catégorie de population ayant atteint les limites d’une vie devenue insupportable par la précarité et les inégalités sociales qu’elle vivait, l’indifférence générale au sort qu’elle subissait. Bref une révolte naturelle et essentiellement morale.

Réduits au silence « par la force des choses » sans que leurs conditions de vie  se soient améliorées,  ils sont désormais victimes du déni d’existence, ce qui est une autre forme de violence.

Dans le dernier trimestre de l’année 2019 ce sont des grèves avec des manifestations massives de la plupart des catégories de fonctionnaires s’opposant à la réforme des retraites qui ont battu le pavé pendant des semaines.  Parmi eux les enseignants et les soignants, qui seront bientôt à nouveau  sur le devant de la scène, ne parviennent déjà pas à se faire entendre.

Le problème s’est trouvé suspendu avec l’arrivée de la pandémie COVID19.

Bien que celle-ci mobilise depuis le mois de février 2020 tous les efforts du gouvernement, force est de constater aujourd’hui que la situation n’est pas vraiment sous contrôle.

Il n’est malheureusement pas imaginable d’entendre s’exprimer avec le courage nécessaire les difficultés de maîtrise rencontrées. Mais avec des prévisions d’évolution présentées comme scientifiques, et des décisions  annoncées avec solennité  comme incontournables contredites en quelques jours, cela ne fait pas de doute. D’ailleurs pour le commun des mortels qui se déplace à pied le niveau de défiance de la population est palpable dans la rue, au travail, dans les familles, chez les commerçants, chez les élus….

Ainsi, plutôt que de fermer les librairies, nos hommes politiques auraient probablement été mieux inspirés de les laisser ouvertes et d’en profiter pour les fréquenter assidûment. On y trouve en effet pas mal d’idées appartenant à notre patrimoine historique, qui auraient pu leur inspirer des décisions mieux fondées sur  les  « besoins essentiels » et les autres.

Ils auraient pu lire par exemple qu’il y a deux siècles déjà, sous la Restauration (1814-1830), un homme de talent ayant demeuré dans la région, défendait la liberté d’expression et de la presse avec une vision de la politique qui ne manque pas d’actualité.

« De nos jours, dit-il, il n’est pas facile de tromper longtemps. Il y a quelqu’un qui a plus d’esprit que Voltaire, plus d’esprit que Bonaparte, plus d’esprit que chacun des directeurs, que chacun des ministres passés, présents et à venir : c’est tout le monde ».

Cet homme s’appelait Charles-Maurice de Talleyrand Périgord (1754-1838), et «tout le monde »  dans le contexte de cette déclaration ce sont évidemment les lecteurs des journaux, le peuple.

Or de nos jours non plus il n’est pas facile de tromper longtemps, et les premières déclarations au sujet de l’inefficacité des masques n’ont pas fait long feu dans l’esprit des français. Un détecteur de mensonges n’est pas nécessaire dans ce siècle où chacun peut s’informer en parcourant le monde d’un clic, et les Pinocchio sont vite démasqués : « pad ’bol »,  le nez s’allongeant, le masque tombe. 

Et si des décisions telles que « le couvre-feu » ou « le confinement » constituent en elles-mêmes des contraintes violentes sur les individus comme étant des atteintes à la liberté fondamentale « d’aller et venir », les atermoiements et les mensonges y ajoutent leur propre violence dans la vie quotidienne privée et professionnelle de chacun.

Heureusement, malgré ces incohérences et ce climat particulièrement délétère, les soignants ne se découragent pas. Ils auraient pourtant toutes les raisons de l’être. Coup de chapeau donc au passage, et surtout : MERCI !

Quant aux enseignants qui vont de déni en déni depuis la  « très réussie continuité pédagogique » du printemps, jusqu’au «protocole sanitaire renforcé » de cet automne, ce dernier est devenu tellement dangereux qu’il a fini par enfanter dans la douleur l’enclenchement de la marche arrière…. Pourquoi tant de méfiance et de mépris à l’égard de ceux qui sont dans leur classe tous les jours et savent de quoi ils parlent ?

Autre secteur victime des louvoiements, celui des commerçants. Suivant en cela l’avis de Talleyrand d’être à l’écoute de leurs administrés, de nombreux maires ont compris le caractère inique de la distinction faite entre « besoins essentiels et « non-essentiels » appliquée aux commerçants pour la mise en œuvre du confinement, et ont pris des « arrêtés illégaux » afin de sauvegarder l’activité locale sur leur territoire.

C’est évidemment symbolique. Mais les symboles ont un sens. La résistance prendrait-elle de nouveaux chemins ? Ce ne serait pas incongru : on nous a peut-être trop souvent répété que nous étions « en guerre », ça donne des idées … On peut imaginer à quel point les édiles municipaux, habituellement peu enclins à outrepasser leurs responsabilités administratives placées sous l’œil vigilant du préfet, ont été choqués par  la violence inutile des décisions concernant leurs administrés pour aller jusqu’à prendre des arrêtés illégaux factices !

Voici maintenant qu’arrive le summum de la violence. Nous sommes le vendredi 16 octobre 2020.

Une violence que nous n’aurions même pas su imaginer malgré notre riche Histoire et nos immenses capacités dans ce domaine : celle de la décapitation de Samuel Paty.

Tous les regrets, tous les hommages, toutes les explications, ne parviendront pas à faire admettre qu’un tel acte ait pu avoir lieu sur notre territoire, ni pour les raisons qui l’ont motivé, ni pour toute autre raison. Il appartenait à ceux qui ont la responsabilité de la sécurité du pays d’empêcher qu’il ait lieu, sans qu’ils aient la possibilité de faillir.

Trop tard !

Il y avait un AVANT « Samuel Paty », désormais il y a aussi un APRÈS, puisqu’il n’a pas fallu longtemps pour que l’exemple soit suivi à Nice.

On aimerait nous faire croire qu’il n’y a qu’un choix binaire en matière de liberté d’expression, consistant soit à baisser notre culotte et y renoncer plus ou moins, soit à la proclamer haut et fort avec toute la conviction dont nous sommes capables.  Pourquoi pas, mais à condition que cette analyse, bien connue car souvent utilisée dans l’Histoire des peuples pour convaincre les foules « qu’on ne peut pas faire autrement », permette effectivement d’éviter la reproduction de ces crimes.

Dans « Comprendre le malheur français » l’historien et philosophe Marcel Gauchet faisant référence aux caricatures de Charlie Hebdo et aux évènements associés, nous invite à différencier l’islam des religions catholique, juive et protestante au regard des concepts de laïcité et de liberté d’expression. Entre autres raisons dit-il, parce qu’il n’existe pas dans la religion musulmane de tradition  d’interprétation et de discussion des textes comme dans les religions juive avec le talmud, et chrétienne avec les évangiles, et qu’il est nécessaire de dialoguer autrement.

Il semblerait donc exister une différence importante entre ces religions sur le plan doctrinal, qui pourrait contribuer à expliquer l’incompréhension à laquelle nous assistons, et qu’il faudrait pouvoir surmonter. D’autres pistes, sans doute historiques dans la relation avec l’islam de la chrétienté en général et de la France en particulier, existent probablement. On lira utilement à ce sujet « Les croisades vues par les arabes », de Amin Maalouf.

Entretemps il reste à chacun à se demander comment se comporter face à cet ensemble de violences.

N’étant pas stoïcien, je ne parviens pas à me dire comme le préconise cette doctrine « qu’il y a les évènements qui dépendent de nous et ceux qui n’en dépendent pas », et à choisir en conséquence si l’assassinat de Samuel Paty ou la COVID19 dépendent de moi ou non. Je n’entre pas dans les cases, et aucune résignation ne me parait possible.

D’un autre côté, compte tenu de cette accumulation de violences depuis 2018, je n’irai pas chercher dans la boite de Pandore une quelconque « espérance », bien qu’elle s’y trouve, pour imaginer que le passage à l’année 2021 en réduira le nombre.

Alors 2022 peut-être ?

Alexandre Adjiman

Le 8 novembre 2020

Bibliographie :

« Talleyrand, le prince immobile »,  Emmanuel de Waresquiel, Editions Taillandier 2019

« Comprendre le malheur français », Marcel Gauchet, Editions Folio, Gallimard, 2016

« Lex croisades vues par les arabes », Amin Maalouf, Editions J’ai lu, 1999

Petit éloge de l’incompréhension…

Personne n’aime être incompris, et nous n’aimons pas non plus ne pas comprendre ! Pourtant nous constatons régulièrement que l’incompréhension nous guette au détour de n’importe quelle conversation à priori banale. C’est que les raisons de la voir surgir sont multiples.

L’incompréhension à laquelle je pense ici n’est pas un simple désaccord sur des façons de voir ou sur des convictions diverses, politiques, religieuses, ou autres. C’est l’incompréhension qui nous mortifie parce qu’elle heurte notre intelligence émotionnelle, parfois même notre intelligence tout court. Elle génère du stress et peut créer d’importants dommages en termes de relations humaines. 

C’est la raison pour laquelle je me suis demandé si nous ne pouvions pas lui trouver quelques vertus, et peut-être même l’adopter parfois comme mode de relation plus serein lorsque nous la rencontrons.

Pour commencer j’ai relevé deux situations dans lesquelles nous admettons assez facilement de ne pas comprendre, ce qui me permet au moins d’affirmer d’entrée que le sujet n’est pas aussi  saugrenu qu’il y parait … à première vue ! (sourire).

C’est par exemple le cas lorsqu’on tente de nous expliquer qu’en physique quantique un neutron peut se trouver en deux endroits en même temps, ou passer par deux lieux distants de millions de kilomètres exactement au même moment…  Notre cerveau a d’énormes capacités de compréhension, (tant mieux !), mais ici nous acceptons  volontiers de déléguer une part de son exploitation à des tiers, sans en prendre ombrage.

C’est aussi le cas lorsque nous manifestons notre scepticisme artistique devant l’incompréhension   d’œuvres comme « Le Jardin des Délices » de Jérôme Bosch, (voir ici) ou « La tentation de Saint Antoine » de Dali (voir ici). Les exemples pullulent car depuis longtemps l’Art a pour objet de nous mettre en situation d’interrogation et de nous étonner. Nous le savons et pouvons même aller jusqu’à être volontaires pour être bousculés lorsque nous visitons des expositions et rencontrons des artistes pour tenter de comprendre ce qu’ils veulent nous dire. Si l’incompréhension demeure, il n’y pas ici péril, et le temps fera peut-être évoluer les choses, ça s’est déjà vu…

Retenons donc simplement de ces deux exemples (nous pourrions en trouver d’autres), la belle plasticité de notre esprit qui, par un effet de notre volonté, montre que l’incompréhension ne conduit pas systématiquement et fatalement à une nécessité de compréhension. Sans doute l’aviez-vous déjà remarqué, mais il n’est pas inutile de le rappeler pour ce qui vient…

Examinons maintenant quelques cas de figure dans lesquels, à l’inverse, l’incompréhension génère un impérieux besoin de comprendre.

  • Vous avez prêté de l’argent à un ami ou à une personne de votre famille qui s’était engagé(e) à vous le rendre dans un certain délai, mais tergiverse et ne le fait pas.
  • Vous apprenez qu’on vous a menti en réponse à une question importante.
  • Vous découvrez chez votre meilleur(e) ami(e) un comportement  qui vous déçoit au point de remettre en cause votre amitié….

Vous connaissez tout cela et je suis persuadé que vous avez vécu vos propres exemples.

Dans ces différentes situations votre besoin de comprendre va émerger : vous voudrez connaître le « pourquoi ? » de ces comportements, entendre une « explication », ou une « justification ». Vous insisterez et argumenterez que vous souhaitez être rassuré(e) sur votre lien, direz que vous attendez une information qui vous aiderait à ne pas dégrader la qualité de votre relation mise en cause par ce qui s’est produit.

Cependant, malgré cela, et bien qu’il reconnaisse les faits et la légitimité de votre demande,  votre interlocuteur ne répond pas à votre attente. Il ne vous convainc pas, ou affirme ne pas savoir expliquer précisément pourquoi il a agi ainsi, ou refuse même de s’expliquer, peu importent les raisons.

Vous êtes dans l’incompréhension face à cette attitude qui vous semble  d’ailleurs « cacher quelque chose »…

Comme précédemment pour la physique quantique ou l’Art, il existe une approche de la situation qui pourrait vous permettre d’accepter qu’il n’y ait pas de « parce que » à votre « pourquoi ? ». En voici quelques éléments parmi d’autres, car la variété des situations est très grande, et nécessite des adaptations au cas par cas.

D’abord, et sauf comportement de mauvaise foi que j’écarte s’agissant d’une personne à laquelle vous tenez, soyons honnêtes : nous n’avons pas toujours à notre disposition une si bonne compréhension de nos actes et de nos décisions, pour que nous soyons en mesure de les exprimer au pied levé !

Autre situation, l’impossibilité de s’expliquer de votre interlocuteur pourrait provenir du fait qu’il soit nécessaire de faire appel à des faits ou des situations se trouvant hors du champ, dans le temps comme dans l’espace, de votre relation. Les développements pourraient alors accroître votre incompréhension ou votre incrédulité, plus que vous rassurer… Ce n’est pas une bonne idée !

Enfin on peut considérer que votre demande ressemble par son contexte à une sorte de confession, et cet exercice n’est plus très en vogue. Les sentiments de faute et de honte s’en trouvent exacerbés, et peuvent expliquer un refus de s’y plier.

Votre interlocuteur perçoit l’une ou l’autre de ces difficultés et ressent le caractère indicible d’une explication qui soit vraie à ses propres yeux (c’est important), et dont parallèlement la logique ou la raison s’accorderont avec les vôtres. Il peut donc se trouver dans une forme de sidération, et être dans l’incapacité de « dire », tout en comprenant que vous avez raison de « vouloir savoir » !

C’est pourquoi Marshall Rosenberg, le gourou américain de la Communication Non Violente (CNV), auteur de « Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) *», dirait probablement qu’exiger une justification dans un contexte de suspicion pourrait s’assimiler à une forme de violence.

Parce que n’avons pas forcément pour nous-mêmes toutes les clés de nos comportements, il nous faudrait parfois savoir renoncer à l’exiger d’autrui.  Sans doute s’agit-il là d’un dépassement de soi, d’une forme d’humilité à l’égard du caractère irréductible de la vie à une histoire simple, et à des logiques compatibles entre tous, compréhensibles par tous.

Il est vrai que la mode est depuis de nombreuses années au « partage » via les réseaux sociaux, à laquelle est venue s’ajouter récemment la « libération de la parole ». Il en résulte l’adoption fréquente, dans les échanges, d’une posture qui prend parfois la forme d’une dictature de la transparence (il faut tout partager) et de son corollaire l’exigence de compréhension (je m’explique sur tout)

Est-il utopique d’espérer un jour voir dans l’incompréhension une alternative naturelle et légitime à la compréhension, permettant d’éviter les litiges et les souffrances qu’elle génère souvent ?

Il me semble qu’il ne faut pas confondre « libération de la parole » avec « liberté d’expression », et que la liberté d’expression suppose que l’on ne confisque pas la liberté de non-expression qui devrait bénéficier de la même légitimité. [Vous avez évidemment remarqué que cette liberté-là n’est autre que celle d’avoir le droit de ne rien dire…]

Et puisque chacun d’entre nous est à l’origine de l’idée qu’il se fait de l’incompréhension, il est possible que la solution soit entre nos mains.

En effet, il est vrai que nous sourions lorsque nous pensons à l’anecdote de celui qui cherche les clés qu’il a perdues sous le réverbère, car il fait nuit, et c’est le seul endroit où se trouve la lumière. Peu importe que la réponse à sa recherche se trouve ailleurs, il cherche là où il estime qu’il a le plus de chances de les voir, c’est la posture qui le rassure….  Nous pourrions donc sourire également de notre persistance à rechercher parfois une compréhension à un comportement là où ça nous arrange, même si là il n’y en pas…

Naturellement j’entends combien peut être grande la frustration de devoir renoncer à comprendre un comportement jugé inacceptable, et de voir s’échapper la possibilité d’obtenir l’explication salvatrice d’une confiance, d’une amitié, et parfois de beaucoup plus.

La méthode ne s’applique pas à tous les cas, mais si vous tentez un jour l’expérience d’accepter votre incompréhension comme une alternative normale à votre compréhension, ne vous étonnez pas de découvrir qu’elle vous libère de bien des tracas,  et qu’elle est le plus sublime des moyens de compréhension.

Alexandre Adjiman

Le 9 octobre 2020

  • « Les mots sont des fenêtres (ou bien des murs) », Marshall B. Rosenberg Ed. La découverte 2004
  •   « Changements : paradoxes et psychothérapie », P. Watzlawick, J. Weakland, R. Fisch Ed. Le Seuil, 1975
  • « Du silence »,David Le Breton, Ed Métaillé 2015
  • « La réalité de la réalité, confusion, désinformation communication », P Watzlawick, Ed. Le Seuil 1978
  • Images (c) voir les liens Internet

Voyager c’est risqué

Ayant été amené de façon fortuite à enseigner l’Histoire en lycée, j’ai gardé de cette discipline  l’idée qu’elle joue de façon très inconsciente un rôle important dans le comportement d’une nation, imprègne la façon de penser et le vivre ensemble. J’ai découvert à cette occasion une discipline fragile et incertaine, sujette à toutes les interprétations et manipulations possibles. Une discipline à risque donc pour ceux qui l’étudient et la « racontent », notamment pour ceux qui l’enseignent, et naturellement une discipline politiquement ingérable.  Ce en quoi j’espère que je ne vous apprends rien (sourire…)

Si j’aborde le sujet c’est que j’ai voyagé cet été en Lituanie en compagnie de mon amoureuse Florence, et qu’ayant découvert l’histoire de ce pays et rencontré ses habitants, ma vision de la discipline « Histoire » comme moyen de compréhension d’une culture m’est revenue en mémoire et m’a inspiré ce qui suit.

Pour mémoire la Lituanie est l’un des trois pays Baltes avec l’Estonie et la Lettonie. Géographiquement située au nord-est de l’Europe, elle est encadrée par la Russie, la Pologne et la Biélorussie (carte ici)

La naissance de l’unité Lituanienne se fait au 13ème siècle à partir de diverses petites tribus éparses alors qu’elles sont en lutte contre les Tatars, des Chevaliers Teutoniques et autres Chevaliers Porte-Glaives venus christianiser la population par force.

Et depuis cette époque, à quelques rares exceptions  près, les lituaniens ont été aux prises avec des envahisseurs successifs, ont subi des dizaines de guerres, établit des alliances parfois renversées, vécu des déportations, tortures, emprisonnements, disparitions de personnes et massacres collectifs…

Chose extraordinaire, malgré ce véritable essorage permanent de leur identité,  les lituaniens ne se laissent pas faire, résistent aux envahisseurs par tous moyens, ont proclamé leur indépendance trois fois, ce n’est pas un record enviable, ont conservé intactes leur langue et leur solidarité dans le combat pour la liberté,  et ne sont « enfin seuls » et chez eux que depuis seulement 30 ans !

Voyager c’est « aller voir ailleurs », c’est « faire un pas de côté » comme disent certains philosophes, pour se confronter à d’autres réalités.  Et en effet, à un peu plus de deux heures d’avion de Paris, ce vécu lituanien de résistance séculaire est palpable, il est dans l’air que l’on respire, dans les rencontres, dans la relation à leur histoire, dans la rue, dans la nature, et nous interroge sur notre propre histoire.

Pour vous permettre de comprendre ce « phénomène atmosphérique » voici  un petit aperçu historique du dernier siècle Lituanien, qui ressemble en tous points aux précédents.

Entre 1915 et 1991 la Lituanie a été envahie à six reprises, par les allemands, puis les soviétiques, puis les allemands nazis, à nouveau les soviétiques, puis les polonais, et encore un retour des soviétiques  !

En 50 ans de vie forcée et sous la contrainte étrangère, de 1941 à 1991,  les lituaniens ont perdu trente pour cent de leur population en déportations, massacres et  assassinats en tous genres commis par les allemands-nazis  et les soviétiques. Plus de deux cent mille juifs ont été cloitrés et affamés dans les ghettos, puis exterminés à l’arme automatique, chez eux, sous leurs yeux, pas à 600 kilomètres.  Ils  ont organisé diverses résistances aux occupants, tantôt avec les polonais, tantôt avec les soviétiques, tantôt seuls, et après l’effondrement de l’URSS, ils ont été les premiers  à proclamer leur (troisième !) indépendance, et à s’en défaire en septembre 1991.

Bien sûr, en trois semaines on ne peut pas tout voir et savoir d’un pays visité. Mais ce qu’il m’a semblé ressentir ici, qui résulte selon moi de la mémoire historique collective dont chacun est porteur à travers sa propre histoire et celle de sa famille,  mémoire devenue reptilienne peut-être,  c’est une sorte d’humilité, portée par un grand souffle de liberté et de respect de la nature.

D’où pouvait provenir ce sentiment ?

D’abord dans le rapport des Lituaniens à leur histoire. Loin de nos interrogations sur la part sombre de nos « grands hommes » auxquels nous aurions malencontreusement érigé des statues et attribué des places et des rues dont certains voudraient se défaire, et de nos difficultés à assumer certaines de nos périodes « honteuses », les Lituaniens assument pleinement avoir pu statufier des personnages qui ne le méritaient pas. Plutôt que de les détruire ils les ont installés dans un magnifique parc forestier, très connu et visité par les familles, histoire de ne pas oublier, et peut-être de conjurer la possibilité que cela se reproduise. ..

Probablement aussi par le sentiment de sécurité que l’on a dans la rue. L’occupation permanente du pays par des puissances étrangères avec leurs méthodes policières de surveillance et de contrôle de la population, l’arbitraire et les maltraitances, semblent avoir été à  la fois un facteur de solidarité   et une école de prudence et de mesure. Il est difficile d’oublier que pendant longtemps on ne savait jamais s’il était possible de se confier à un ami, si cet ami était un « véritable ami » ou un indicateur.  La police est aujourd’hui peu présente dans la rue, et même si les très nombreuses caméras de surveillance installées par les régimes précédents pourraient justifier cette absence, une réelle impression de tranquillité en résulte.

Ensuite par l’absence d’agressivité commerciale ambiante. Bien qu’en 30 ans d’autonomie les lituaniens auraient pu se précipiter vers une société de consommation du fait de leurs années de privations, cela s’est déjà vu, ils ne se sont guère orientés dans cette direction et gardent le rythme d’une vie modeste, proche de la nature qui les entoure : plus de 6000 lacs et d’immenses forêts !  

Le commerce se pratique dans les magasins de proximité et au bord des lacs pour le poisson fumé, et sur les marchés où l’on rencontre des producteurs de tous âges et de toutes origines.

A force d’habitude nous ne voyons plus combien la publicité dans la rue et sur les routes nous agresse subtilement. En revanche leur absence procure un sentiment de tranquillité et de repos de l’esprit semblable à celui que nous avons connu avec l’arrêt du bruit de la circulation automobile pendant le confinement…. Quel plaisir !

Leur Histoire leur aurait-elle appris ce qu’est l’essentiel ?

En tout cas les lituaniens ont un véritable sentiment de fierté d’avoir obtenu leur indépendance, d’avoir résisté à toutes les tentatives de les escamoter et d’avoir conservé leur identité. Ils sont fiers  d’être admis au sein de l’Union européenne, fiers d’avoir pu adopter l’euro, alors même que règne chez nous un certain scepticisme sur l’intérêt de l’Union Européenne et dans nombre de ses pays… L’Europe une fierté dites-vous ? Ah bon ?

Oui, et il m’a aussi semblé que leur fierté et leur plaisir de pouvoir désormais goûter à liberté se rencontrait partout, chez eux à la maison et dans la rue, à travers une libre expression de la créativité.

Dans son intérieur le lituanien fait preuve d’inventivité artistique pour la décoration, utilisant tous types de matériaux à hauteur de ses moyens : le bois le tissu, les plantes, de même que pour l’ameublement, l’éclairage,… : il imagine des suspensions originales, des tables, des chaises et tableaux très personnalisés.

L’art est également présent dans la rue, sur les places, dans les jardins avec des sculptures, et sur les murs des bâtiments où il raconte parfois leur histoire. La « parole artistique» est donnée à toutes les tendances, comme s’il s’agissait de montrer qu’il est désormais interdire d’interdire, après que la créativité a été si longtemps muselée aux mains d’un régime étranger imposant sa culture. 

Et ici la créativité est même visible dans l’élégance féminine. C’est un vrai plaisir de voir à Vilnius les lituaniennes s’habiller avec goût, ce qui peut s’expliquer par le nombre d’années de privations, mais surtout par l’absence de la concurrence des modèles diffusés à des milliers d’exemplaires par les franchises internationales, permettant ainsi aux boutiques de  proposer des robes seyantes de création et fabrication lituaniennes plutôt que chinoises….

Un dernier mot : si vous avez cru lire entre ces lignes que ce pays est resté au stade des années 90 sur le plan numérique, détrompez-vous. Leurs réseaux sont aussi performants que les nôtres, et la petite marchande, la soixantaine,  qui propose les fruits et légumes de son jardin au marché local, possède un smartphone connecté sur lequel elle demandera à Google la traduction en anglais d’un nom ou d’une question qui lui a été posée. Car elle a depuis longtemps l’habitude de rechercher des mots en russe, polonais, allemand….  Parce qu’après tout, c’est là toute l’histoire de son pays, non ?

L’histoire de Lituanie n’est évidemment pas enviable. Les lituaniens n’ont pas eu comme nous la chance de faire leur histoire eux-mêmes, beaucoup d’autres ont voulu la faire à leur place. Et je n’ai sûrement pas aperçu leurs problèmes économiques et sociaux, ni ceux de leurs relations familiales et intergénérationnelles, dont on peut imaginer les difficultés liées aux épreuves vécues.

Mais l’atterrissage à Paris m’a quand même fait l’effet d’un retour vers un monde désenchanté…

Alexandre Adjiman

Le 19 septembre 2020

PS : c’est le moment de suivre l’Histoire qui se fait sous nos yeux en Biélorussie : les lituaniens qui comprennent ce qui se joue dans cette dictature mieux que quiconque, soutiennent leurs voisins  biélorusses en envoyant des ballons d’encouragement au-dessus du pays et en organisant des chaînes humaines de solidarité…. C’est admirable !

Mensonges et hypocrisies

Que peut penser un enfant de 8 ans à qui l’on a souvent répété qu’il ne faut jamais mentir, qui découvre à 8 ans que le Père Noël n’était qu’un… mensonge ?

Il  n’y aurait en principe que trois façons de répondre à cette question :

  1. Il faut tuer le Père Noël
  2. Il ne faut pas apprendre à l’enfant à ne jamais mentir
  3. Il faut admettre que certains mensonges sont acceptables…

La petite souris qui vient chercher la dent sous l’oreiller recevrait le même traitement…

Au-delà de ces exemples anodins, nous sommes régulièrement confrontés à des mensonges, qu’il s’agisse de mensonges par omission ou d’affirmations mensongères, que ce soit en famille, au travail, en politique, avec des amis… et le premier réflexe est l’incompréhension, le rejet, et un jugement de méfiance vis-à-vis du « menteur ».

Pour ne pas tuer le Père Noël (dont j’ai gardé le meilleur souvenir), j’ai voulu savoir ce qu’il en était réellement de notre quotidien en matière de mensonges, et de quelle manière il fallait ou non culpabiliser (au cas où bien sûr…)

Une célèbre controverse philosophique sur le mensonge a opposé au milieu du 18è siècle deux philosophes,   Benjamin Constant et Emmanuel Kant.

C’est Benjamin Constant, né à Lausanne, amant de Mme de Staël dont il fréquente le cercle d’intellectuels libéraux, qui ouvre le sujet dans un opuscule politique dans lequel il pose la question : « Mentir est-il toujours répréhensible ? »  « Non – répond-il – car si une théorie (ne pas mentir) est  bonne dans l’absolu mais inapplicable dans les faits, elle est sujette à caution ».

Emmanuel Kant, né à Königsberg (Prusse Orientale), lui répond que « dire la vérité est un devoir qui ne saurait souffrir d’exception en fonction de circonstances ou de calculs »

Pour bien voir jusqu’où Kant pousse son raisonnement, il confirmera que si vous hébergez un innocent et que la police vous interroge pour savoir si vous savez où il se trouve, vous avez le devoir de donner l’indication. Il justifie cette réponse, qui en étonnera et en étonne toujours plus d’un, en expliquant que dès lors que l’on accepte des exceptions, la boite de Pandore est ouverte : « le mensonge est un crime » dit-il,  « il ne souffre aucune  dérogation ».

Au 20è siècle Vladimir Jankékévitch déclarera « qu’il n’y a de sincérité profonde qu’aimante et bienveillante », et que mentir est parfois un devoir sacré : « Malheur à ceux qui mettent au-dessus de l’amour la vérité criminelle et la délation. Malheur à ceux qui n’ont jamais menti ! » Autres temps autre argumentation. Jankélévitch a été titulaire de la chaire de philosophie à la Sorbonne. Il est l’auteur d’un « Traité des vertus ».

En remontant plus loin dans les origines de la pensée philosophique nous nous trouvons devant deux conceptions non pas du mensonge, mais de son alter ego, la Vérité. Celles de Platon et d’Aristote, tous deux grecs et contemporains, ayant vécu à Athènes au IVe siècle avant notre ère.

Pour Platon il ne peut y avoir qu’UNE  Vérité. Si  une personne est cachée dans la maison affirmer qu’elle n’y est pas est inexact, d’où une contradiction matériellement inacceptable au regard de la Vérité.  Cette vision, dont nous sommes profondément héritiers, est entre autres à l’origine de concepts tels que le monothéisme : puisqu’il ne peut y avoir deux Vérités il n’y a qu’un seul Dieu. Une Vérité exclut toute autre. Il ne peut y avoir ordre et désordre en même temps.

Aristote (disciple de Platon…) ouvre la voie à la « vérité conjecturelle », c’est à dire au contexte dans lequel  la certitude s’affirme. Dès lors deux convictions contradictoires peuvent être vraies ensemble. La logique et la cohérence ne sont pas le filtre intangible de la vérité, car elles ne sont elles-mêmes que des apparences, construites sur d’autres convictions. Le réel est le lieu permanent des contradictions.

Paul Veyne, historien de l’antiquité, affirme que « la civilisation grecque était par excellence celle de la conciliation des contraires, de l’ambiguïté du monde. La cohérence n’est jamais qu’une façade »

Mais comment fait-on pour concilier les contraires ? Toujours selon Paul Veyne,  « notre esprit ne se met pas au supplice quand, semblant se contredire, il change simplement de programme de vérité ». Autrement dit, pour attribuer la qualité de mensonge à une affirmation il est nécessaire de s’assurer préalablement du « programme de vérité » sur lequel cette affirmation s’appuie. Ainsi lorsque l’on dit que quelque chose est « aussi vrai que deux et deux font quatre », il est utile de se souvenir que c’est en base dix, (le programme de vérité) et seulement dans ce cas.

De fait, bien souvent entre deux convictions qui s’opposent il n’y a pas lieu de déclarer la guerre, parce que l’une serait juste l’autre fausse, l’une qui a raison l’autre qui a tort, l’une qui ment l’autre pas. Leur coexistence peut s’expliquer par un historique ou un contexte différents, où les points de vue loin de s’exclure s’enrichissent, s’additionnent, ne se tuent pas. Bien des conflits se résolvent par cette simple mise en évidence.

Naturellement le « pur mensonge » existe aussi,  celui qui est sciemment destiné à cacher une vérité identifiable comme telle, dans le but de tromper, de faire du mal, d’en tirer un avantage …

Et disant cela je me dois d’ajouter qu’il en est de même de la « vérité pure » : elle existe aussi, même si elle se fait rare, et des hommes comme Bruno Giordano l’ont payée de leur vie : il fut torturé et brûlé vif par l’Inquisition pour avoir contesté la thèse géocentrique et n’avoir pas voulu en démordre. La vérité demande du courage, Galilée ne l’a pas eu mais on le comprend. Sa  mort n’ayant pas modifié la vision qu’il avait du cosmos, Giordano est aujourd’hui honoré d’une statue Piazza Campo di Fiori, à Rome… Espérons qu’il la voit !

La mauvaise réputation du mensonge résulte donc de l’influence considérable de la pensée platonicienne, celle de la vérité unique, avec un  grand V, parfois située aux confins du dogmatisme. Elle a ouvert la voie à une conception binaire du monde, donnant surtout lieu à la vérité tyrannique que vous avez certainement déjà rencontrée en abordant les sujets politiques, religieux ou d’argent avec des amis ou en famille.

Plus contemporaine, la théorie de la complexité développée par Edgard Morin est venue à notre secours pour nous aider à sortir du schéma cartésien de cohérence et de rationalité mathématique. Pour que nous sachions mieux réfléchir et agir, sa « Méthode » convoque de nombreuses disciplines (notamment biologique, sociologique, anthropologique), permettant de saisir tout le réel dans sa globalité, et ses multiples vérités.

Au-delà des débats d’idées, il serait utile de comprendre que le petit mensonge quotidien que nous pouvons  observer est le fruit indispensable de notre liberté. C’est grâce à lui que nous pouvons préserver notre intimité, notre jardin secret, nos petits ou grands problèmes, nos déceptions ou nos espoirs, et d’une manière générale ce que nous ne pouvons ou ne souhaitons pas partager, consciemment ou inconsciemment. Difficile d’y échapper, car c’est sans doute à ce moment que  nous sentons que la curiosité d’autrui devient parfois « un vilain défaut ».

 L’hypocrisie est fille du mensonge.

« Hypocrinomai » signifiait en grec ancien « interpréter ». Le sens a évolué vers l’idée de feindre, de simuler, de jouer un personnage.

L’hypocrisie est un arrangement par lequel le comportement affiché d’un individu en société en cache un autre, non-dit, parfois seulement soupçonné, parfois « évident » voire choquant.  Il s’agira par exemple de la petite conviction écologique du propriétaire d’un puissant véhicule 4×4, ou d’une énorme hypocrisie politique, comme celle des masques de protection contre le COVID 19, supposés inefficaces tant qu’ils étaient indisponibles, pour – mal – dissimuler une faute de gestion. N’est pas pas Bruno Giordano qui veut !

L’hypocrisie est largement développée dans le monde politique, syndical et professionnel.

Comme l’explique Marcel Gauchet dans « Comprendre le malheur français », pour se faire élire la plupart des candidats élaborent les programmes que leurs électeurs attendent d’eux, en sachant pertinemment qu’ils ne pourront en réaliser qu’une faible partie : c’est que leur objectif n’est pas vraiment la réalisation du programme mais plutôt la prise du pouvoir. Il est curieux de constater combien cette pratique hypocrite ayant cours depuis des décennies, elle fonctionne toujours, et surprend même encore ! Serions-nous plus ou moins complices de cette comédie ?

Dans le monde professionnel, les mauvaises conditions de travail qui le rendent inefficace ou dangereux, le sexisme, la discrimination, les abus de pouvoir, voire l’humiliation, sont parfois acceptés par contrainte et lassitude. Chacun « ferme les yeux » et on se tait, faute de pouvoir faire autrement, et poursuit ses activités dans un climat de mal-être et de souffrance. Absentéisme, stress, dépressions et burn’out … lèvent le voile.

Frédéric Nietzsche expliquait l’hypocrisie de façon percutante: «  Nous avons l’hypocrisie  pour ne pas mourir de la vérité ».

Oui, pour désagréables qu’ils soient, le mensonge et l’hypocrisie sont des moyens de protection de notre vie privée, et leur emploi n’est pas systématiquement coupable et condamnable. L’exemple le plus courant est la réponse que nous faisons à la question  ordinaire « Comment vas-tu ? » qui donne lieu dans bon nombre de cas à un mensonge lui aussi ordinaire, par réflexe de préservation de notre intimité. Car répondre « tout va mal » n’est pas forcément possible, et c’est pourquoi « la vie ordinaire est faux-cul », claironne Adèle Van Reeth, dans un joyeux et émouvant roman, où elle tente de la décrypter.

Dans son « Eloge de l‘hypocrisie », Olivier Babeau lance une alerte et nous met en garde contre la possible disparition de l’hypocrisie ! Ne riez pas, c’est sérieux : « L’opacité nous protège », dit-il, et le développement excessif de la société numérique nous conduit, avec notre accord tacite et parfois enthousiaste, vers la transparence à tout va de nos vies. Alors viendra le jour où la tranquillité obtenue grâce à nos petits mensonges et nos confortables et anodines hypocrisies ne sera plus possible… Pour en savoir plus sur notre avenir, l’accès à nos données personnelles et leur utilisation à des fins incontrôlables et suspectes, il suffit de tourner notre regard vers la Chine.… Sommes-nous prêts pour ce monde ?

Finalement, bien que leur présence dans la société soit quasi permanente et leur rôle souvent essentiel au fonctionnement plus harmonieux que conflictuel des relations humaines, le mensonge et l’hypocrisie continuent d’avoir une réputation sulfureuse. Pourtant, en n’étant plus dans le déni de leur capacité à nous protéger du caractère de plus en plus intrusif de notre environnement, nous pourrions plus facilement en détecter la forme plus ou moins nocive, écarter les incompréhensions, et peut-être nous rendre la vie plus douce…

Malgré tout, disons-le clairement : exprimer la vérité reste bien sûr le meilleur choix de réponse à une question… lorsqu’aucun obstacle ne s’oppose à la formuler, et avec le discernement qui s’impose.     

Nous voici revenus à notre point de départ : la bonne nouvelle c’est que le Père Noël peut tout à la fois exister et ne pas exister, il n’y a à cela ni mensonge ni hypocrisie….

Ouf !

le 11 juillet 2020

Sources : « Le Banquet » Platon, Livre de poche ; « Le droit de mentir », Emmanuel Kant, Benjamin Constant, Livre de poche ; « Traité des vertus » Vladimir Jankélévitch  Champs Essais ; « Les grecs ont-ils cru à leurs mythes ? » Paul Veyne Points Essais ; « Eloge de l’hypocrisie », Oliver Babeau, Editions du Cerf ;   « La vie ordinaire » Adèle Van Reeth, NRF Gallimard ; « La pensée complexe », Edgard Morin, Edition Points ; « Comprendre le malheur français », Marcel Gauchet, Eric Conan, François Azouvi, Editions Folio Actuel.

Merci à Amélie Bigeard pour sa relecture et son avis.

« La bonne épouse »

« La bonne épouse » est en tête du box-office annonce la presse… !   C’est  un film de Martin Provost, sorti le 11 mars 2020, actuellement en salles. Martin Provost  c’est aussi « Séraphine » et «  Sage-femme »… Le film m’est chaudement recommandé, j’y vais.

Un film « jouissif » comme le dit la critique. Juliette Binoche et François Berléand, aidés par Yolande Moreau, parfaits pour incarner la femme dans le couple des années 50, soumise au bon vouloir de son époux pour assurer son bonheur par des qualités de parfaite ménagère sachant « tenir sa maison ».

(Le synopsis : Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ?)

J’en suis sorti avec la perception des formidables avancées de la société dans le domaine de l’émancipation des femmes grâce à cette révolution culturelle.

En effet, le modèle de « la bonne épouse » qui prévalait dans les années 50 à 70, celui du formatage de la future « femme au foyer » par l’école ménagère (il y en avait des centaines…), c’est la réalisation du fameux trousseau (broderie de draps, serviettes, etc..), l’apprentissage à « cuisiner les bons petits plats qui retiennent le mari », savoir repasser une chemise, se soumettre au « devoir conjugal », être fidèle et économe, etc……

Le film se termine donc en mai 68, avec un final de comédie musicale imaginé sur une danse endiablée, une chorégraphie musclée, et les louanges chantées de la femme libérée.

Malgré cette très bonne réalisation le film m’a mis mal à l’aise sans vraiment savoir pourquoi. Etait-ce parce que pendant la projection il y avait dans la salle un certain nombre de femmes qui s’esclaffaient et commentaient chacun des clichés du comportement de la bonne épouse de ces années-là, dont elles avaient peut-être été elles-mêmes un modèle au vu de leur âge ?

Ou était-ce parce que j’ai eu le sentiment que pour les besoins de la cause le film fait des femmes d’alors, c’est-à-dire pour un certain nombre de nos grands-mères et de celles qui les ont précédées, des potiches, alors qu’elles ne faisaient sans doute qu’être de leur époque ? En tout cas il n’est pas certain qu’un film qui serait tourné dans 50 ans sur la condition des « épouses » d’aujourd’hui montrerait que toutes les femmes sont des Simone de Beauvoir ou des Olympe de Gouges…

Désireux de comprendre je suis retourné voir le film une seconde fois. J’ai compris cette fois que pour accepter la logique de l’explosion de joie finale et l’optimisme affiché sur les  promesses de changement de la condition féminine, il fallait faire semblant d’ignorer la suite des évènements… Pas facile !

Bien sûr il ne s’agit pas de contester les conquêtes de la « nouvelle bonne épouse » vantées par le musical : elle sera maître de son corps (contraception, sexualité, enfants…), elle sera financièrement autonome (compte bancaire, revenus …), elle sera indépendante (formation, métiers…), et aura le choix de sa vie sociale (amour, vie conjugale et maritale)….

Mais patatras ! Nous savons aujourd’hui qu’il y a loin, très loin, des espérances investies dans la libération de la condition féminine en mai 68 à la situation des femmes d’aujourd’hui.

Où en sommes-nous de ce bonheur annoncé ? Que s’est-il réellement passé et pourquoi ?

Dans le domaine conjugal les femmes ne sont certes plus les « potiches » qui nous ont été présentées (pour autant que l’on veuille admettre que cette condition puisse leur être attribuée), mais elles sont victimes d’une nouvelle situation que l’on appelle « charge mentale ». Car la femme conserve son désir d’enfants et accompagne l’homme dans ce même désir. Et si elle porte encore largement les responsabilités de cette charge, elle continue de porter majoritairement celles du foyer, même si elles peuvent en principe être mieux partagées, tout en étant désireuses, à juste titre, de s’accomplir dans les activités professionnelles qui lui sont ouvertes.

La pandémie du COVID 19 et son confinement ont même montré un accroissement de cette charge mentale, alors qu’hommes et femmes étaient exceptionnellement logés à la même enseigne pendant cette période.

De plus la situation des femmes dans le cadre conjugal (ou ce qui en tient lieu), bien que très différente d’hier, ne semble pas avoir fait d’immenses progrès. On y trouve beaucoup de précarité, de violences, d’injustices, d’inégalités, de misère parfois, et l’on a même dû inventer une nouvelle statistique dans le cas des séparations, celle des féminicides.

Quant à la pesante société patriarcale du film, elle n’est évidemment plus la même aujourd’hui, mais est-elle moins patriarcale ?    

Pour qu’elles aient leur mot à dire dans la société et contribuent aux décisions, il y a bien eu des progrès en matière de représentativité des femmes. Mais nous savons que ces progrès ne se sont pas faits en termes d’évolution des mentalités, mais en termes de législation, ce qui est évidemment très différent. Comme pour le racisme ou pour le handicap, nous sommes dans la mise en œuvre d’une discrimination positive. Dans les conseils d’administrations, les élections politiques, les associations, …. la parité hommes-femmes n’est pas un choix volontaire de représentativité destiné à refléter la société, elle est une contrainte. Est-ce une avancée pour les femmes de devoir « exiger la parité » pour exister ? Hum…

Autre démonstration de la puissance du patriarcat dans la société qui ne nécessite pas de commentaire tant il est clair : la naissance des mouvements #balancetonporc et #metoo et les comportements qu’ils dénoncent.

Côté sexisme, selon Catherine Horvilleur, (l’une des quatre femmes rabbins en France), l’origine du « sexisme ordinaire » à l’égard de la femme serait du même ordre que l’antisémitisme, c’est-à-dire de l’ordre du « bouc émissaire ». Qu’est-ce que cela signifie ?

Le « sexisme ordinaire » est celui qui dans une conversation place de façon automatique la femme dans un rôle subalterne ou secondaire. Les femmes le détectent facilement et l’agression est du même ordre que celle de « l’antisémitisme ordinaire » pour les juifs (les petites blagues dites « normales » et inoffensives qui ne sont rien d’autre que de l’antisémitisme de routine).  Il faut comprendre dans cette analyse de Mme Horvilleur que le sexisme ordinaire ne serait pas plus près de s’éteindre que l’antisémitisme ordinaire… Vous imaginez ?

Qu’en est-il des espoirs mis dans le travail et les ouvertures professionnelles ? La féminisation des noms : aviateur-aviatrice, auteur-auteure ou écrivaine, ingénieur-ingénieure….Formidable ! Il reste simplement une différence moyenne de 24% dans les rémunérations entre le nom masculin et le lettre « e » de sa féminisation…Il y a bien des lois, mais patience que diable !

Et qu’en est-il enfin de la « libération sexuelle » annoncée dans le final de « La bonne épouse » ?

La façon dont la sexualité des femmes était vécue dans les années 50 n’est bien sûr plus la même aujourd’hui. Bravo pour la contraception, l’IVG, la PMA… Mais la libération annoncée est-elle devenue une réelle libération ou s’est-elle transformée en une tyrannie du plaisir ? Ne voit-on pas aujourd’hui des mouvements pour dénoncer la pression de la performance sexuelle, tant du côté féminin que masculin, avec même des phénomènes de rejet pur et simple ?

Au final le film donne le sentiment que de la femme des années 50 ne choisissait pas sa vie, suivait un chemin tout tracé et immuable, et que mai 68 avait ouvert de nouveaux choix de vie dans tous les domaines : vie conjugale, vie de famille, vie professionnelle, vie sexuelle, bref dans toute sa dimension humaine.

C’est vrai, la femme peut désormais mieux choisir sa condition, mais nous venons aussi de voir quelques-uns des effets pervers de cette liberté.  S’il n’est pas nécessaire d’attendre 50 ans pour écrire « la bonne épouse » version 2020, il n’est évidemment pas non plus question de dire « c’était mieux avant ».

Mais le rêve libérateur du final de « La bonne épouse » s’est trouvé perverti pour atteindre les graves dégradations que nous connaissons. Que s’est-il passé ?

Peut-être que ce que nous aimerions au fond, au-delà de toutes les nouvelles et incontestables libertés acquises dans le domaine des relations entre les hommes et les femmes (procréation, identité, formation du couple…), c’est tout simplement plus de respect, de bienveillance, d’écoute, et d’attention des uns envers les autres.

Pas  de nécessité de lois, de technologie, de combats ou d’argent pour cela.

Anne Dufourmantelle, psychanalyste et philosophe écrivait : « L’amour est l’art de la dépendance* ». Bien sûr, car qu’est-ce qu’un amour sans dépendance ? Ce qui me semble important ici c’est le mot « art », car toute la réussite de la relation amoureuse est inscrite dans cet « art », si difficile à exercer, mais si passionnant !

Cette vision de l’exercice d’un art dans la relation de dépendance amoureuse ne pourrait-elle pas aussi s’appliquer à l’ensemble des relations entre les genres ? Après tout, les hommes et les femmes ne vivent-ils pas déjà dans la dépendance les uns des autres pour l’éducation, la santé, le travail, les loisirs… ?

Toutes et tous artistes ? Est-ce possible ? Oui, le monde n’avance que par utopies, c’est prouvé !

 Trêve de réflexions : allez-voir « La bonne épouse », vous passerez un très bon moment !

Le 5 juillet 2020

  • Anne Dufourmantelle, « Eloge du risque » livre de poche 

#guillotine2020*

Après la très inadaptée terminologie  «distanciation sociale» voici  venu sur le devant de la scène le mot « déboulonner ».

Le langage a ses modes et ses modes parlent de notre temps.

« Déboulonner » vient donc de surgir dans nos informations quotidiennes, et de l’Amérique à l’Angleterre on déboulonne des symboles, des personnages, des catégories de personnes…. En France Colbert est sur les rangs avec son « code noir » esclavagiste, et Jules Ferry, initiateur de l’école publique laïque et obligatoire, mais  aussi promoteur d’une politique coloniale fondée sur des idées racistes.

Dans un article publié dans « The spectator » un chroniqueur de ce journal anglais se réjouit d’avoir vu jetée à l’eau la statue érigée vers 1890 à Bristol, d’Edward Colston. Il s’agit d’un négrier qui mettait à la mer les esclaves malades parce que n’ayant plus de valeur marchande.  « On ne refait pas l’histoire », déclare ce chroniqueur qui se réjouit de l’évènement : « l’histoire se fait là, devant nous, et cette statue jetée à la mer par la foule en liesse est un évènement de l’histoire : l’histoire c’est ce qui arrive ».

 Que peut bien signifier ce phénomène ?

Que sur un plan purement factuel il y ait peu de personnages ayant marqué leur temps de leur empreinte qui soient « blancs comme neige », n’ayant commis aucune erreur de jugement ou   action répréhensible, est une évidence. Si ce n’est au regard de leur époque, cela peut l’être avec le regard que nous en avons aujourd’hui : les découvertes scientifiques et l’évolution des mœurs aidant, ce qui était acceptable hier peut ne plus l’être désormais. On le comprend.

Faire disparaître les traces honorifiques d’un personnage dont le rôle politique ou culturel s’avère contestable à la lumière du temps qui passe est très tentant….C’est d’ailleurs ce qu’on a vu dans plusieurs pays libérés de la mainmise de l’Union Soviétique, où Staline fut pas mal « déboulonné ».

Dans une autre culture, celle de la foi et des croyances religieuses, les talibans ont « déboulonné » nombre de statues et détruit des sites entiers faisant référence à des conceptions païennes à leurs yeux, provoquant l’indignation du monde de voir des lieux millénaires, chargés de l’histoire de l’Humanité, disparus à jamais.

Sur le plan d’une comparaison des valeurs d’une époque révolue par rapport à la nôtre, à l’évolution de la science, des mœurs, de la morale, et aux leçons de l’histoire, peu de statues en place pourraient résister au « déboulonnage », et une quantité invraisemblable de rues devraient être débaptisées !

Ce n’est sans doute ni toujours possible ni vraiment nécessaire : d’autres mesures peuvent être prises, plus complètes et plus démocratiquement, pour que l’action de ces ex-illustres personnages soit mieux connue, et nuancée comme il se doit. Le blog « You will never hate alone » de Laurent Sagalovitch et quelques autres donnent des pistes.

En prenant un peu de recul sur le phénomène, ces « déboulonnages » physiques, marteaux, pioches, grues et clés à molette en mains, ne seraient-ils pas la version musclée d’une tendance générale en cours, consistant à pointer du doigt des comportements jugés immoraux, inacceptables ou parfois simplement dérangeants, qui se développerait dans la société?

Voyons quelques modèles.

Les personnages politiques sont  une source intarissable de comportements contestables, comme ce fut le cas de Benjamin Griveaux,  « déboulonné » en quelques heures de sa candidature à la mairie de Paris sur la base de révélations de faits d’ordre privé, jugés par l’opinion comme inacceptables au regard des ambitions qu’il poursuivait. La liste d’exemples du même genre est très longue.

Le monde du spectacle est également très concerné avec notamment le producteur Harvey Weinstein et ses multiples agressions sexuelles. Comme lui, bien d’autres personnes ont été poursuivies pour des motifs semblables dans le monde du sport, de la danse, du cinéma et du spectacle en général.

Pour avoir souvent eu raison de dénoncer des faits répréhensibles, les réseaux sociaux ont désormais le super pouvoir de détruire quasi instantanément l’image de quelqu’un nonobstant la présomption d’innocence qui devrait pourtant toujours prévaloir.

La « libération de la parole », (terminologie politiquement correcte de notre temps pour dire « dénonciation », quand ce n’est pas parfois « délation »), justifie l’expression d’une libération de toutes les frustrations d’une société où le silence complice et l’hypocrisie ont prévalu depuis trop longtemps, et prévaut encore. Chaque jour, ou presque, nous apporte une nouvelle mise au pilori d’une personne, ou d’une catégorie de personnes,  la découverte d’une pression occulte inappropriée, d’une nouvelle rumeur,… Elles enflent, explosent, occupent le paysage avec force, et disparaissent remplacées par une autre, tout ceci rappelant d’une certaine façon les lynchages auxquels les foules participaient au moyen âge, ou le spectacle très couru de la guillotine sur la place de Grève….

Des scientifiques comme le professeur Raoult, dont les compétences sont mondialement reconnues, sont tantôt portés aux nues tantôt trainés dans le caniveau selon les besoins. Ils sont victimes du besoin de boucs émissaires d’une opinion prompte à enfourcher n’importe quelle monture permettant d’occuper les conversations et de disposer du « pouvoir de juger ».

C’est ainsi que malgré leur sens des responsabilités reconnu dans la mission qui est la leur, les enseignants ont été accusés par les réseaux sociaux, aussitôt relayés par les médias, d’avoir tiré profit de l’enseignement à distance pour « prendre des vacances » pendant le confinement… Aucun élément sérieux ne justifiait pourtant cette affirmation….

C’est sans doute aussi dans cette tendance de « libération de la parole » que la Mairie de Paris a pu mettre en place un site internet de dénonciation des hébergeurs de la plateforme Airbnb. Sous prétexte de « civisme » (sic !) les habitants peuvent donc dénoncer leur voisin….

Enfin, parce qu’ils exprimaient le ras-le-bol de la précarité de leur situation et son aggravation, il ne faut pas douter que  les Gilets Jaunes ont eux aussi été déboulonnés comme étant « dérangeants » dans leur revendication, leur quasi disparition de la scène n’étant pas, à notre connaissance, le résultat d’une réponse apportée à leur situation.

La police qui est en principe le « corps défendant » de la société et  responsable de sa sécurité, est soumise à de fortes pressions pour son action répressive dans ce mouvement  comme dans d’autres, et son éthique et sa fonction sont bousculées. Le magazine Courrier International rapporte d’ailleurs ces jours-ci un article intitulé « La police française sur le gril » publié dans le Wall Street Journal, qui fait état de ses « procédés brutaux ».

Et de quoi pourrait être le signe de cette tendance générale à trouver un intérêt à dénoncer, juger, condamner, dénigrer, guillotiner, être à l’affût du moindre faux pas, supposé ou réel, du comportement irresponsable de telle ou telle personnalité, alors que nous rencontrons dans la rue tant de précarité, et que tant de sujets plus dramatiques mériteraient toute notre attention ?

Pourrait-elle être le signe d’une perte du sens des priorités ? D’un aveuglement à l’essentiel ? D’une indifférence égoïste ? D’un individualisme porté à son paroxysme ? D’une valeur suprême attachée aux biens matériels ? D’une vie ennuyeuse  dont les  « Closer » de la politique cherchent à nous distraire par les « pot-aux-roses » quotidiens dont ils nous alimentent ? D’un manque de projet personnel ou de société ?

Peut-être tout cela à la fois…. 

De toute manière, ce n’est pas l’information qui est en cause, elle est le fer de lance de la vie démocratique. C’est l’usage que nous en faisons, il est notre choix, n’en doutons pas.

Le 25 juin 2020

  • #guillotine2020 : apparu sur les réseaux sociaux des Etats-Unis, le hashtag guillotine2020 se moque du romantisme des stars et de leur déconnexion face à la pandémie. Il est devenu politique en France comme « une résurgence numérique de l’inconscient sans culotte », selon Nicolas Santolaria dans « Le Monde ».

Piccoli est Piccoli

 

Michel Piccoli n’était pas un «monstre sacré» du cinéma ou du théâtre. Ce n’était ni un Belmondo ni un Delon, pas plus qu’un Depardieu ou un Gabin. Pourtant, avec plus de deux cents films et une soixantaine de pièces de théâtre jouées, il a indéniablement marqué le 7è Art français de son siècle.

J’ai voulu savoir ce qui chez lui donnait cette impression d’un acteur exceptionnel mais différent des monstres sacrés, toujours à sa place, heureux de jouer ses rôles qui semblaient taillés sur mesure bien que son registre ait été des plus étendus. Comment cette aptitude lui est-elle venue ? Comment devient-on l’homme Michel Piccoli ?

Car il faut bien dire qu’il donne l’impression d’avoir vécu avec un grand naturel, voire une certaine facilité…. Peut-il nous inspirer ? Il me semble que oui, car son comportement ressemble beaucoup à celui d’un animal très aimé de nos foyers…. Si vous ne le trouvez pas en cours de lecture ne vous inquiétez pas, la réponse sera donnée en fin d’article…

Les cheveux au vent…

En 1938 Michel a 13 ans. Il est d’un tempérament indolent, rêveur et passif,  lorsqu’il est envoyé par ses parents, un peu désespérés, en pension à Annel près de Compiègne, dans un établissement privé. Un lieu sublime, fondé par l’un des pionniers de la pédo-psychiatrie, Robert Préault et sa femme Solange Cassel.

Là où habituellement les adolescents  de cette époque sont maltraités dans des maisons spécialisées, Robert et Solange réduisent l’enseignement « scolaire » à sa plus simple expression : une heure par jour (!), et met en place des activités de plein air et culturelles : lever à 6 heures, gymnastique, natation tous les jours, visites de musées, concerts, théâtre, sorties à Paris, rigolades, jeux… Les échanges entre les élèves et les professeurs prennent la forme de discussions ouvertes sur tous les sujets. Pas de classe sous forme de cours, pas d’évaluation, pas de notes, pas de sanctions pour mauvais résultats…On cause, on conteste, on s’engueule, on prend des décisions ensemble, on se réconcilie, on s’amuse… (1)

« J’abandonnai enfin l’état fœtal » dira-t-il à propos de ce séjour. En bref il se libère de sa passivité, découvre qu’il aime apprendre, jouer, échanger, discuter, s’éveille à la vie et bouillonne…

Avec l’arrivée de la guerre une nouvelle expérience va le révéler plus complètement à lui-même. Il n’a pas quinze ans, et pour s’éloigner de Paris il doit rejoindre sa mère à Chaunac en Charente, dans une partie de la famille paternelle. Et c’est en vélo depuis Orléans, où l’institution de Robert et Solange avait déménagé, qu’il doit s’y rendre ! C’est un moment clé de sa vie : seul, personne ne lui dictant sa conduite, il traverse les villages, observe l’exode et les drames qui s’y jouent, choisi sa direction, s’arrête où et quand il veut, rencontre des filles qu’il trouve jolies, dort n’importe où….

Il a eu « les cheveux au vent » (1), et voudra désormais être toujours libre, détestera qu’on l’enferme dans la moindre case.  Il n’aura pas d’imprésario, ne sera pas soumis aux critères du succès potentiel des propositions qui lui seront faites, jouera parfois sans demander de cachet, acceptera des petits rôles de figurant, jouera dans des salles à moitié vides….

Alors qu’il n’a que 20 ans Michel Boujenah jeune metteur en scène d’avant-garde  interview Piccoli qui en a 47, et le bouscule sur l’écart qui existe en la création théâtrale enfermée dans les codes et les structures définies par la société d’une part, et la possibilité de traiter de la réalité en faisant exploser le cadre établit d’autre part (2). Refusant de fuir la réponse, Piccoli reconnait la difficulté d’un tel chemin, et admet qu’en effet « il s’accommode du cadre ». Il s’interroge même sur la nécessité éventuelle de changer de métier … !  Il conclue en reconnaissant que s’il est privilégié,  cela ne l’empêche pas de regarder ce qui se passe autour de lui, et « qu’il faut de toutes façons se faire entendre, on n’est pas obligés de se taire ».

Il ne se tait pas.

La branche maternelle de sa famille qui a fait fortune grâce à l’exploitation d’une entreprise de peinture dont les techniques chimiques ont été longtemps utilisées bien que connues pour être toxiques et meurtrières, l’a choqué. Il en a gardé de la méfiance à l’égard d’un certain patronat et une vision réaliste de la condition ouvrière. Il exprime régulièrement ses convictions à gauche et passe à l’action chaque fois qu’il le peut, ce qui lui vaut d’être crédible et d’apporter un soutien efficace. Il a ainsi soutenu de façon active Bertrand Delanoë à la Mairie de Paris, François Mitterrand  et François Hollande, Lionel Jospin, Ségolène Royal, et  Alain Krivine  au moment de la dissolution de la Ligue Communiste Révolutionnaire. Il participe à des manifestations, ou apporte son concours matériel.

Il n’est pas pour autant un inconditionnel sans recul, n’accepte pas tout, juge par lui-même, et ne se prive pas de critiquer les situations qui ne lui conviennent pas. Ainsi en est-il des relations de François Mitterrand avec les dictatures Africaines. Il gardera toujours sa liberté de questionnement, et  l’indépendance d’esprit appris à Annel.  

Acteur-artisan

Piccoli a découvert le théâtre et par la même occasion sa vocation à Annel,  lors de la représentation d’une adaptation du conte d’Andersen « Les Habits neufs de l’empereur », qui traite de la peur et la manipulation. Il y joue l’un des trois voleurs qui escroquent le roi naïf, y prend un plaisir fou, et se sent littéralement « enseveli » sous les applaudissements !

Il a compris que là réside sa vocation, ses parents acceptent qu’il devienne comédien (« s’il le peut » disent-ils… !) et l’inscrivent au cours  Bauer-Thérond, rival du cours Simon. C’est une école exigeante, il y passe tout son temps, travaille d’arrache-pied, conçoit le métier comme un artisanat, se jette sur tous les textes, décroche ses premiers rôles et se moque bien de savoir ce qu’il va gagner : tout ce qu’il veut c’est jouer ! Il ne cherchera pas à plaire au public, et n’hésitera jamais à transgresser les codes lorsque bon lui semble. Il garde la maîtrise du jeu, et obtient un premier succès phénoménal dans le rôle de « Dom Juan ou le Festin de Pierre » à la télévision, avec  Claude Brasseur (3).

Dès lors il n’aura de cesse de jouer, qu’il s’agisse du théâtre ou du cinéma à partir de 1955, il aura alors 30 ans. Car ce sera toujours pour lui un plaisir et non un métier. Jouer l’amuse, car contrairement à la plupart des acteurs, il ne cherche pas à habiter le personnage, il reste « Piccoli ». Il a ainsi une certaine distance vis-à-vis de son rôle, un œil sur lui-même dit-il, ce qui donne sans doute cette impression de facilité et de naturel qui émane de sa personne. Il crève l’écran, il est hypnotique. Résultat : il semble à l’aise dans toutes les situations, nous transporte et nous fait partager son plaisir. Voilà Piccoli !

Avez-vous trouvé l’animal qui aurait pu inspirer Michel Piccoli ?

Si non, sans doute n’avez-vous pas un chat chez vous, ou alors vous n’avez pas encore lu « Agir et penser comme un chat » (4). Comme Piccoli le chat sait qui il est : il est un chat et ne veut pas être autre chose. Il est libre et vous ne lui donnerez aucun ordre auquel il se sentirait obligé d’obéir. Il vit sa vie à son rythme, indépendant du vôtre, quoique vous surveillant du coin de sa moustache pour s’adapter à votre humeur lorsqu’il vous regarde, cligne des yeux, et vous hypnose… Comme Piccoli ! Il  sait ce qu’il veut, et sait l’obtenir car c’est un excellent comédien, lui aussi, et sait refuser ce qu’il ne veut pas (pour les mêmes raisons). Enfin il s’amuse de tout, est grand joueur, et sait faire face à toutes les situations.

Mais nous autres les humains avons quelque difficulté à nous limiter à être ce que nous devrions être… Notre cerveau voudrait que nous soyons tant de choses à la fois, (bien souvent d’ailleurs autre chose que ce que nous sommes), et la célèbre injonction de Nietzche « Deviens ce que tu es » est probablement plus à la portée du chat qu’à la nôtre… !  

Où sont les signes ?

Et vous qui venez de terminer cette lecture, qui cherchez peut-être encore à savoir quel chat vous êtes,  vous mesurez certainement la chance qu’a eue Michel Piccoli de découvrir à 15 ans ce qu’il voulait être… ! Il a reconnu les évènements qui lui ont fait signe, les événements fondateurs de sa vie (5). Avez-vous reconnu les vôtres ?

Le 11 juin 2020

  • Extrait de « Piccoli derrière l’écran,  Anne-Sophie Mercier,  Allary Editions
  • Emission TV « Court-Circuit »
  • « Dom Juan ou le Festin de Pierre » d’après  Molière,  visible dans les archives INA
  • « Agir et penser comme un chat », Stéphane Garnier, Les Editions de l’Opportun
  • « L’extravagant Monsieur Piccoli » Arte, 17 mai 2020, en replay

MOMENTUM

Les romanciers imaginent parfois des situations inspirées de l’actualité bien en avance sur elles…

C’est ainsi que l’académicien Jean-Christophe Rufin avait imaginé en 2007, dans son roman « Le Parfum d’Adam », la recherche par un groupe d’écologistes fanatiques d’un paradis perdu, à savoir le temps où l’Homme vivait en harmonie avec la nature. Le moyen imaginé par ces fanatiques pour parvenir à leurs fins est l’utilisation d’une bactérie du choléra, volée dans un laboratoire (sic), pour décimer une partie de la population mondiale et revenir en arrière pour parvenir à un développement mieux maîtrisé de l’Humanité.

L’idée d’une telle action est née dans l’esprit « d’éco-terroristes* » du constat que le progrès génère un développement démographique exponentiel,  lui-même source de surexploitation des ressources de la planète. Leur objectif est alors d’éliminer la population de la planète la plus pauvre, car elle est nombreuse et susceptible d’une contamination explosive du fait de ses conditions de vie dans la promiscuité…

Quatre ans plus tard, en 2011, un professeur d’histoire de l’université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari, publie « Sapiens, une brève histoire de l’Humanité » (492 pages…) qui se lit comme un roman, mais cette fois c’est une histoire vraie. Tellement vraie qu’elle est un succès planétaire de librairie….

Harari nous explique comment Homo Sapiens est passé de l‘état primitif de petite communauté de « chasseurs- cueilleurs», à la société d’hyper consommation et aux inégalités sociales d’aujourd’hui. Autrement dit, comment nous sommes passés d’une vie en symbiose spatiale et temporelle avec la nature, au destructeur-gaspilleur des ressources de la terre que nous sommes devenus.

Tout a commencé très simplement, lorsque le cueilleur-chasseur a découvert la faculté de semer les graines lui permettant de faire germer de quoi assurer sa subsistance sans partir chaque matin à la recherche d’une nourriture aléatoire et limitée. A cette découverte est venu s’ajouter très naturellement l’élevage, puisque le bétail pouvait lui aussi être désormais abondamment nourri.  Mine de rien c’est un bouleversement qui traversera les siècles jusqu’à nous !

Ayant accédé à la sécurité alimentaire, et sédentarisée, la population Homo Sapiens va se développer : Harari nous montre dans le détail comment, de fil en aiguille, vont naître les outils, les voyages, la monnaie, les transports, les industries, les pays, les cultures, les modèles économiques, et …7 milliards d’habitants !

Si cette évolution s’est accompagnée d’immenses progrès dans les domaines de la santé, du niveau de vie, de l’éducation, de l’alimentation, des sciences et techniques,… elle s’est aussi et paradoxalement accompagnée d’immenses inégalités de richesses et de bien-être, de surexploitation des ressources naturelles de la planète, de pollution, de réchauffement climatique, …

 Comment alors ne pas voir entre la fiction inacceptable de Jean-Christophe Rufin et l’incontournable réalité historique pointée du doigt par Yuval Harari, l’impossibilité d’imaginer une rupture avec  ce cercle infernal ?  

En 2020, avec la pandémie inattendue du Coronavirus, la réalité va pourtant dépasser la fiction et une histoire qu’aucun romancier n’avait su imaginer à ce jour est prête à s’écrire !

Par son exceptionnelle capacité de propagation virale, par le niveau mondial des échanges permanents entre pays au moment où le virus arrive, par les moyens développés au fil du temps par l’industrie pharmaceutique, le Coronavirus a créé une situation pandémique inédite par son ampleur. Mais cette fois il ne s’agit pas de l’ampleur de sa mortalité comme par le passé, puisque ses victimes sont bien moins nombreuses que dans les précédentes pandémies, mais de la présence du virus sur toute la surface de la terre. Un virus apatride se moquant des drapeaux, parcourant la planète à grande vitesse, alors que les précédentes pandémies étaient circonscrites à quelques régions du globe.

Jamais auparavant il n’eût été possible de concevoir et mettre en œuvre une action qui puisse condamner  les pays du monde entier à prendre des mesures pour lutter face à un même danger.  La seule organisation humaine qui aurait pu l’imaginer, – mais, on le sait, sans aucune chance de succès – eut été l’Organisation des Nations Unies, ancienne « Société des Nations » rappelons-le. Sans surprise, face à ce danger planétaire, cette organisation a été aphone, et le virus a plutôt créé la désunion des nations que leur union, matérialisée par la rapide fermeture des frontières,  des mesures nationales protectionnistes, et des interdictions de circuler entre elles.

Il n’aura pas fallu longtemps pour passer de la mondialisation à une démondialisation, parfois rêvée par certains, et inimaginable quelques semaines plus tôt… !

Et ce que l’homme n’aurait jamais su faire, un microscopique germe pathogène l’a fait… ! C’est lui, le désormais célèbre Coronavirus, qui a soufflé un vent de panique sur le cerveau de l’Homo Sapiens, et réactivé ses réflexes reptiliens : la fuite  devant le danger et le repli sur lui-même…

Cette fuite s’est trouvée aménagée, selon les pays, soit en confinement contraignant des populations   (exemple : la France) soit en participation volontaire de protection et de limitation des contacts (exemple : l’Allemagne).

Il s’en est suivi dans le monde entier la quasi cessation du fonctionnement des entreprises, de la grande majorité des commerces, des administrations, des transports, et des écoles, avec pour résultat probablement la plus importante récession économique mondiale de tous les temps.

Or cette situation a miraculeusement fait apparaître en l’espace de quelques semaines des bienfaits considérables  qu’aucune conférence internationale n’aurait jamais pu obtenir, pour autant qu’elle ait pu avoir lieu : réduction drastique de la pollution atmosphérique mondiale (visible à l’œil nu), solidarités inattendues, renaissance de la vie de famille, modifications dans la façon de se nourrir, modification des habitudes de consommation et de loisirs, annulation des grandes messes sportives , et mise en valeur d’emplois auparavant invisibles, devenus héros du quotidien :  soignants, employés du commerce, services de sécurité, de transport et de maintenance, artisans et techniciens, enseignants, …

Au passage nous avons pu observer, grâce aux informations en provenance du monde entier, comment chaque pays, barricadé derrière ses frontières, a mené le combat contre le fléau. Car face à cette difficulté sanitaire chacun s’est très naturellement trouvé confronté à sa propre histoire, sa culture, son organisation, les dirigeants qu’il s’est donnés ou qu’il a vu ou laissé prendre le pouvoir d’une façon ou d’une autre.

Outre la leçon d’histoire qui s’en dégage sur la prétendue incontournable mondialisation, chacun devrait s’interroger sur la part qu’il a prise en tant qu’individu, lui-même et les générations qui l’ont précédé, dans la construction de son pays par ses convictions politiques, son action ou son inaction. Avec les moyens d’information et d’analyse qui sont à notre disposition nous ne pouvons plus nous satisfaire de montrer du doigt ceux qui nous gouvernent sans réfléchir à nos propres responsabilités. Peut-être pourrons-nous y apercevoir, par moments, en filigrane, les signes d’une servitude volontaire démasquée, il y a déjà longtemps, par La Boétie.

Les philosophes, les intellectuels, les  politiques, les journalistes, les scientifiques, et l’homme de la rue se sont emparés des bienfaits précités pour s’interroger sur ce qui a rapidement été appelé « le monde d’après ».

Il est vrai que nous sommes aujourd’hui devant une Humanité débarrassée d’une partie des scories du développement non maîtrisé du couple  « démographie-progrès » évoqué par Yuval Noah Harari et imaginé dans sa fiction par Jean-Christophe Rufin.

Cette situation exceptionnelle, unique, inespérée, qui, en mettant à l’arrêt l’industrie et le commerce mondiaux, a fait naître de nouveaux paysages, a permis en quelques semaines une dépollution atmosphérique impensable même en quelques décennies, renforcé des liens humains distendus, rendu la mer plus poissonneuse et les canaux de Venise translucides…. va-t-elle être utilisée pour repenser nos équilibres et nos priorités ? Tout est possible, mais tout sera-t-il possible ?

Rien dans les décisions prises à ce jour, au moment de sortir du confinement, ne permet de le penser.

En France par exemple, l’une des premières décisions économiques a été de garantir un prêt de 7 milliards d’euros à  Air France et de relancer l’industrie automobile, sans y adosser des conditions supposées repenser leur fonctionnement en matière de qualité de vie des salariés  et de protection de l’environnement. C’est le signal d’un encouragement à repartir dans « le monde d’avant », sans s’interroger sur l’opportunité et les moyens de le reconsidérer.  Aux Etats-Unis, en Chine,  en Europe, la priorité vise la plupart du temps à rétablir le plus vite possible les équilibres financiers, c’est-à-dire les anciens … déséquilibres !

Si cette situation se confirme, alors peut-être devrons nous dire que les morts au combat contre le Coronavirus n’auront servies à rien. Parce que nous savons qu’une telle opportunité ne se reproduira pas avant longtemps, et que nous avons bien compris qu’elle ne sera pas le fait des Hommes incapables d’agir par eux-mêmes, mais à nouveau d’un évènement qui s’imposera à eux.

Nous sommes donc dans LE MOMENTUM*.

Et si plus de trois milliards de personnes ont passé plusieurs semaines à se laver les mains, les dirigeants du monde, eux, semblent bien partis pour jouer les Ponce Pilate, et s’en laver les mains.

 Pas de quoi pavoiser…

Le 7 mai 2020

Merci à Florence Lebert pour « Le parfum d’Adam » et les échanges sur la pandémie qui ont contribué à construire ma réflexion.

  • JC Rufin précise à la fin de son roman que des groupuscules d’écologistes ont été inculpés aux Etats-Unis d’éco-terrorisme, et que l’idée consistant à vouloir éliminer une partie de la population mondiale, notamment les plus pauvres, a bien ses adeptes.
  • Momentum : élan, moment unique où les choses doivent se faire (aussi utilisé en bourse)

Confinement…

« Habiter » VS « être chez soi »

« Viens chez moi, j’habite chez une copine ! » vous souvenez vous de ce film (1981) …?

Habitez-vous « chez vous » ou « chez une copine » ? A cette question qui paraît simple, il semble que la réponse soit loin de l’être… Si vous ne connaissez pas le film, vous vous souvenez certainement que vous habitiez chez vos parents pendant quelque temps… et que vous aviez peut-être délimité là « votre chambre » comme étant votre « chez moi », à tel point que peut-être même en aviez-vous interdit l’entrée… Ainsi là où l’on « habite » ne désigne pas automatiquement son vrai « chez soi » : nous pouvons n’être qu’un « occupant »…

Une émission de France Culture abordait récemment le sujet, tandis qu’un article dans Psychologies Magazine le traitait aussi. Avec le confinement la question est d’actualité, et le sujet passionnant comme vous allez le voir.  

Je précise d’emblée que je vais supposer qu’il y a une bonne entente entre les personnes vivant au foyer, la notion « d’être chez soi » étant abordée ici sous l’angle de l’aménagement de son intérieur, que la famille comporte une ou plusieurs personnes, depuis peu ou depuis longtemps. Ce parti pris se justifie par la trop grande diversité des situations familiales et non par leur déni, et aussi par le fait que l’aménagement de son « chez soi » influe sur la qualité des relations familiales et inversement.

En effet, dès que l’idée de confinement est apparue, ne plus pouvoir quitter son domicile, et donc devoir « rester chez soi » a été ressenti comme une contrainte, une obligation lourde, qui sera difficile à supporter, plus que le fait du « vivre ensemble ». N’est-ce pas étonnant dans la mesure où, en principe, nous aimons être « chez nous », et qu’y rester longtemps confiné aurait pu être un rêve lointain qui se réaliserait enfin ? Et bien il semblerait que non, le « chez soi » ne serait pas suffisamment protecteur d’une angoisse d’enfermement.

C’est que si nous avons à priori fait en sorte de nous sentir « bien chez nous » nous sommes  inquiets d’avoir à éprouver la solidité de ce sentiment  à l’occasion d’un séjour ininterrompu de plusieurs semaines. Ne va-t-il pas se transformer en une forme de rejet en abordant la quatrième, cinquième ou sixième semaine sans en franchir la porte ?

La question prend sans doute tout son sens au moment où nous prenons conscience que « chez nous » devient tout à coup « le monde entier », la frontière avec la rue d’en bas ! Désormais nous allons vivre dans ces quelques mètres carrés avec ce nouveau regard, et leur configuration peut soit nous aider à bien vivre ce moment particulier et inédit, soit nous le rendre plus difficile. Ne rêvons-nous pas déjà au bout de trois semaines du moment où nous pourrions le quitter librement et partir « n’importe où » sans aucune auto-autorisation écrite de notre main ? Est-il possible que notre liberté soit remise en question au sein même du lieu de vie que nous nous sommes choisis ? Un vrai paradoxe !

Pourquoi le sujet est-il important ? Pas seulement en raison de cette phase de confinement, mais aussi, nous le ressentons bien, parce que dans toutes les difficultés que la vie peut nous opposer, notre « chez nous » est une sorte de « base », de « refuge », l’équivalent de notre « doudou » d’enfant, car comme lui, si notre « chez nous » est loin ou perdu, quel apaisement en le retrouvant !

Se sentir « chez soi » est bien sûr un sentiment propre à chacun d’entre nous, mais comment parvient-on à l’atteindre, faut-il faire quelque chose ou non, et si oui que faut-il faire, comment le penser et l’organiser? Le plus souvent il est un mélange de circonstances additionnées de hasards. Certaines personnes savent mieux imaginer l’intérieur de leurs amis que le leur. D’autres ont la chance d’avoir une idée très précise de ce qu’il doit être.

Essayer de répondre à quelques questions  peut aider à la réflexion :

1 Déménagement : si vous déménagez,  les meubles, lits et canapés, cadres, tableaux et photos, lave-vaisselle, etc… suffisent-ils à vous reconnaître immédiatement « chez vous » dans votre nouveau logement ?

2 Propriété vs Location : pour vous la notion d’être « chez vous » est-elle compatible avec la location, autrement dit la notion de propriété  amplifie-t-elle le sentiment d’être chez vous, ou lui est-elle indifférente ?

3 Vous êtes une famille : Si vous êtes une famille, la création de votre « chez-vous » est-elle née sous une impulsion égale du couple, ou principalement sous l’impulsion de l’un ou de l’autre ? De quelle façon vous sentez-vous « chez vous », ou chez votre conjoint, ou dans une représentation unie du couple ainsi formé ?

4 Une nouvelle vie s’annonce : vous viviez seul(e) depuis plusieurs années et vous aviez organisé votre « chez vous » à votre goût.  Vous rencontrez l’âme sœur, et vous projetez de vivre sous le même toit. Que va-t-il se passer : l’un des « chez moi » deviendra-t-il le « chez nous » ? Est-ce vraiment possible ? Comment ? Allez-vous co-habiter ?  Créer un compromis ? Ou quitter tous les deux votre logement pour un à créer de toutes pièces ? Sur quelles bases et comment ?

Quelle que soit l’une ou l’autre de ces situations, examinons deux façons de procéder pour créer votre intérieur. Naturellement des méthodes intermédiaires existent, en fonction de votre sensibilité, de vos désirs et de vos émotions, vous pourrez sûrement les imaginer à partir de ces idées.

Premier exemple : par mesure de simplicité vous imaginez un chez vous entièrement « IKEA » ! Outre les prix imbattables, l’inventeur du concept a pensé à tout. Des chambres et des salons tout prêts, et des cuisines sur mesure vous sont proposés.  De la petite cuillère à la balayette des toilettes, en passant par les éclairages, la vaisselle, les tableaux, la bibliothèque, les lits et canapés, le bureau, le salon et les tapis, la salle de bains et les serviettes, les draps, les rideaux, les tableaux, les petits bibelots, les oreillers et la housse de couette, …. Votre chez vous est donc entièrement signé « IKEA ».

A part le fait que de temps en temps vous retrouverez l’un ou l’autre des éléments de votre intérieur chez des amis, pensez-vous que vous pourriez vous sentir « chez vous »  dans un environnement « Ikeatisé » ? Ce n’est ni impensable ni de mauvais goût, et cela peut correspondre à un moment donné de votre vie.

Mais supposons que la réponse soit « non », et que faute de savoir comment procéder, vous décidiez de faire appel à un architecte d’intérieur. Solution «versus» de la précédente… ! J’ai rencontré pour vous une personne dont c’est le métier, que je remercie ici pour sa contribution à cet article.

« Pour que vous vous sentiez « chez vous », votre intérieur devrait être la projection de votre propre intériorité », me dit-elle d’emblée.

Ah DIS-JE, cela suppose que l’on connaisse cette intériorité, ce qui n’est pas toujours le cas, et qui peut prendre du temps !

Oui, c’est vrai, la construction d’un intérieur peut prendre du temps : ne dit-on pas « petit à petit l’oiseau fait son nid  » ?  Mais vous ne vous sentirez vraiment chez vous que si vous êtes en mesure de vous approprier votre intérieur, de le reconnaître comme correspondant précisément à votre vécu, à vos émotions, à votre sensibilité, bref à l’être que vous êtes au moment où vous le réalisez. Ainsi lorsque vous recevrez des amis, plus votre intérieur correspondra à l’image que vous projetez chez eux, plus ils se sentiront chez vous, et vous aussi naturellement. Dès lors, que vous soyez seul(e) ou en famille votre intérieur est bien le miroir de votre « âme ». D’ailleurs c’est une expérience que vous faites parfois lorsque vous entrez chez des amis et que vous vous intéressez à ce qui compose leur intérieur.

Mais comment faites-vous pour imaginer l’intérieur d’une personne qui vous consulte ?

Il faut partir de l’existant, qui est pour nous une « origine certaine », un premier ancrage, et poser des questions pour répondre à l’attente. Nous allons chercher à comprendre sa personnalité, sa culture, son histoire y compris son enfance, son identité, le sens qu’elle donne à sa vie, ce qui est essentiel et ce qui l’est moins, les couleurs, la lumière, l’attachement ou non aux objets, au passé, les goûts musicaux, l’importance de la lecture, les goûts artistiques, et même culinaires… Il nous faudra également comprendre ses mouvements, comment elle bouge, et l’espace qui lui et nécessaire. Par exemple sa façon d’employer le temps : le temps dedans et le temps dehors, le temps libre, le temps du travail, le temps social, familial, l’importance des amitiés… Dans cet esprit, la façon de s’habiller nous inspire aussi, car il est impensable qu’il n’y ait pas d’harmonie à tous les niveaux de ce qu’elle est.

Quel est l’élément essentiel qui fera que l’on aime rentrer chez soi ?

A la fois tous les éléments que je viens de vous citer, qui sont des éléments très importants de confort et de plaisir. J’y ajouterai que le chez soi doit être un espace où l’on se sent en sécurité, car nous sommes ici dans un lieu d’intimité. C’est un espace dans lequel tout le monde ne peut pas entrer, et d’ailleurs vous le considérez avec raison comme inviolable. C’est  pour cette raison que l’intrusion de voleurs chez soi est toujours très traumatisante, même s’ils n’ont rien volé ! Cette intrusion est ressentie comme un viol au sens propre. L’existence de cette sécurité vous apporte une sérénité. En rentrant chez vous vous retrouvez le repos du corps et la tranquillité de l’esprit. Si vous rentrez de voyage ou de votre travail, vous  pensez  «Ouf ! je suis arrivé(e), je suis chez moi ! », et vous êtes déjà détendu(e) et apaisé, simplement en insérant la clé dans la serrure… !

C’est la même chose pour le « chez nous » d’un couple ou d’une famille ?

Oui, mais en tant que conseil je vais m’assurer que le compromis entre les aspirations de l’un et l’autre est profondément ancré chez l’une et l’autre des personnes. Il me faut prêter attention aux « concessions » qui pourraient finir par être insupportables avec le temps, et mon intervention aidera à cela.

Mais comment fait-on si on n’a pas la possibilité de faire appel à un architecte d’intérieur ?

Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des personnes créent leur intérieur elles-mêmes. Il s’organise de façon plus ou moins voulue, et il peut parfaitement convenir sans réflexion préalable consciente et précise. Par exemple j’ai rencontré une personne très sensible à la nature qui adapte la décoration de son appartement aux saisons. Presque tout change : les rideaux, les objets, les couleurs des nappes, les draps et couettes, les tableaux aux murs, et les fleurs disposées sont en harmonie avec le temps, un peu comme nous changeons notre façon de nous habiller, pour les mêmes raisons. Son intériorité et son intérieur vivent au rythme des saisons, j’ai senti que c’est pour elle de l’amour et un bonheur absolu ! J’imagine qu’avec les éléments que nous venons d’évoquer chacun peut, s’il le veut, effectuer un travail de recherche seul avec son partenaire ou une personne qui connaît bien sa personnalité et son vécu.

Pouvez-vous préciser ?

Le principe simple est qu’il faut trouver ses bases, comme par exemple comprendre la raison d’être ou l’origine de la présence des objets et meubles existants, car ils sont de précieux indices. Puis avec le temps, sans doute même beaucoup de temps car ça ne se fait pas en un jour, réfléchir à ce qui manque et pourrait être ajouté ou modifié pour que votre intérieur projette peu à peu toute votre intériorité. L’intérêt du professionnel c’est qu’en vous écoutant il pourra vous faire découvrir des idées et des harmonies auxquelles vous n’auriez pas pensé. Elles vous emmèneront plus loin dans la projection de votre personnalité, et vous apporteront une richesse et une joie quotidienne supplémentaires. Il n’y a pas de nécessité d’organiser son intérieur, ou de façon universelle de faire, mais ne rien faire c’est faire quand même ! C’est un sujet intime et proche de la réflexion de chacun sur le sens et l’importance qu’il accorde à son chez soi, et donc plus généralement au sens de la vie compte tenu du temps que nous y passons en particulier en ce moment !

Alors ?

Alors êtes-vous un simple « habitant », un « occupant » de votre espace, ou êtes-vous « chez vous », dans cet endroit unique qui ne ressemble qu’à vous ou a votre famille ?  Un doux mélange des deux probablement… Si se sentir chez soi est le résultat d’une atmosphère qui projette votre intériorité, il apparaît en tout cas que peu importe la dimension de votre logement, le nombre de personnes qui y vivent, que vous en soyez propriétaire ou locataire, que vous veniez ou non d’y emménager, que vous ayez ou non beaucoup de moyens. S’il est le reflet de votre personnalité et de celle de vos proches sous le même toit, et qu’il évolue avec elles, vous serez toujours vraiment « chez vous »….. et il faut l’espérer, vivre un peu mieux pendant cette période si troublante…

« Post Scriptum 1 » des nouvelles du « chez soi » : un article du New-York Times raconte le terrible ennui des grandes stars américaines, qui, dans leur immense maison avec piscines et jaccuzis, jardins, terrains de tennis, home cinéma, etc …ne donnent plus de fêtes, et pour certaines se font « guillotiner » virtuellement pour leur mode de vie sur un haschtag consacré : #guillotine2020… Monsieur Guillotin n’aurait sans doute pas imaginé que son invention pourrait un jour être décorée d’un haschtag…!

« Post Scriptum 2 » Une étude franco-suisse démontre ici l’importance que pourrait prendre le « chez-nous » dans l’avenir, pour faire face aux futures pandémies (16 avril 2020)

Prochains articles prévus : vérité, hypocrisie sociale et pieux mensonges ; liberté d’expression et libération de la parole ; obéissance irresponsable et désobéissance civile ; tyrannie de l’amour et tyrannie sexuelle ; « Vivre vivant » vs « Vivre mort » ; Cohérence et incohérence de nos opinions et comportements…

Cet article vous a plu ? Dans le respect de la loi « Informatique et Liberté« , pour recevoir les prochains articles il est nécessaire de le demander. Pour cela cliquez sur « abonné Versus » ci-dessous, ou communiquez votre adresse mail en cliquant sur « laisser un commentaire » même si vous n’en laissez pas. Vous pourrez annuler cette demande à tout moment.

%d blogueurs aiment cette page :